Coronavirus: faisant face à une véritable pénurie de profs, les écoles tentent de s'organiser

De plus en plus, les écoles font face à une pénurie de professeurs. Les directions tentent donc d'anticiper au mieux pour ne pas laisser les enfants sur le carreau (illustration).
De plus en plus, les écoles font face à une pénurie de professeurs. Les directions tentent donc d'anticiper au mieux pour ne pas laisser les enfants sur le carreau (illustration). - © Flickr - Elisabeth Albert

Le coronavirus commence à provoquer de grosses difficultés dans les écoles. Ainsi, les écoles fondamentales ont du mal à remplacer leurs enseignants malades ou placés en quarantaine. Une tendance qui s'observe dans de nombreux établissements en province de Namur ou du Brabant wallon. 

Depuis peu, un décret de la Fédération Wallonie Bruxelles permet pourtant aux écoles de prendre un remplaçant dès le premier jour d'absence d'un professeur. Le problème, c’est que les écoles sont confrontées à une véritable pénurie. Et les enseignants prêts à venir pour une courte période ne seraient pas nombreux. Dans ce contexte, il faut donc anticiper.

Exemple à l'Ecole communale fondamentale de Gembloux, où la directrice des sites de Beuzet et des Isnes, Katty Battair, demande à son équipe d'être prévoyante. Elle a déjà eu plusieurs instituteurs en quarantaine.
"Lorsqu’on a quelqu’un qui remplace un professeur absent, il prend évidemment sa place en classe. Si, malheureusement, on ne trouve personne, il faut répartir les élèves entre les enseignants qui restent, de manière à leur donner quand même du travail. Pour cela, il est convenu avec les professeurs qu’ils et elles préparent d’avance les cours, en prévision - notamment - d’un éventuel nouveau confinement. Je parle ici de dossiers d’exercices à fournir aux élèves."

Archives JT du 14/03/2019 - Enseignement : solutions face à la pénurie de profs