Coronavirus: Bruxelles doit rapidement combler les trous de sa couverture vaccinale

On le sait depuis samedi, le variant delta est désormais responsable de 15,7% des nouvelles contaminations en Belgique et pour limiter sa progression, une couverture vaccinale complète, offre jusqu’à nouvel ordre la meilleure réponse. Problème : si les chiffres d’administration de la première dose sont bons en Belgique, ils laissent à désirer à Bruxelles. Samedi la porte-parole de la Task Force Vaccination, Sabine Stordeur, redoutait même de voir cet écart se creuser : "Fin juillet, on s’attend à voir la couverture vaccinale de première dose atteindre 88% en Wallonie et 90% en Flandre, mais seulement 60% à Bruxelles. Pour les prochaines semaines, la Région s’attend à voir une diminution des réservations". Un constat dressé aussi ce lundi matin par Inge Neven, directrice du service Hygiène de la Cocom (l’institution bi communautaire qui s’occupe de la santé à Bruxelles), lors du point presse consacré à l’évolution de la vaccination à Bruxelles.

Les jeunes sont moins enclins à se faire vacciner

Si elle peut se réjouir d’atteindre cette semaine le million de doses administrées en région bruxelloise (premières et deuxièmes confondues), Inge Neven reconnaissait toutefois que le nombre de rendez-vous spontanés dans la catégorie des 18-31 ans est de l’ordre de 20% seulement (il était de 40% dans les tranches d’âges supérieures) en raison d’un intérêt moindre et d’un accès limité aux informations diffusées dans les médias. Il faut donc, ajoute-t-elle, accorder une attention particulière à ce public. Comment ? Dès la semaine dernière, plusieurs centres organisaient des nocturnes et des journées "portes ouvertes" où les gens pouvaient se présenter sans rendez-vous. On y proposait entre-autres le vaccin unidose de Johnson et Johnson avec l’argument massue d’une protection rapide avant de partir en vacances.

2 images
Bruxelles généralise la vaccination sans rendez-vous © Cocom

Ces séances portes ouvertes vont à présent se généraliser à partir du premier juillet : "Les gens peuvent se présenter sans rendez-vous de 10 à 15 heures dans tous les centres de vaccination, sauf celui de Neder-Over-Heembeek", et en tournante lors de nocturnes organisées (l’inscription préalable via la plate-forme Bru-vax est toutefois préférée). A noter que le centre de vaccination Heysel prendra même un peu d’avance, puisque dès le lundi 28 juin, il accepte les candidats sans rendez-vous.

Se faire vacciner en musique le mercredi 30 juin au Heysel

Par ailleurs, (une manière de joindre l’utile à l’agréable pour fêter la fin de l’année scolaire ?) le centre de vaccination du Heysel proposera le mercredi 30 juin, un événement "vacci-boost" sous la forme d’une animation de séance par un DJ, de 16 heures à 21h30 pour les plus de 18 ans. On y annonce la présence de 3 DJ (DJ US, Izoard et DJ Licious) dans les allées du centre de vaccination. Les 16 ans et plus (qui peuvent se faire vacciner depuis vendredi dernier) y sont aussi bienvenus mais avec inscription préalable.

Cela sera-t-il suffisant ? On verra ! Même s’il reste difficile à atteindre, l’objectif de la Cocom vise toujours le cap des 70% de vaccination en première dose, pour la mi-juillet. Notre retard n’est pas exceptionnel, précise même Inge Neven : "Hormis Londres, les autres grandes villes européennes présentent des pourcentages de vaccination moins élevés que Bruxelles". Bruxelles, ville cosmopolite, est le lieu de passage de nombreux voyageurs, ce qui accroît le risque de contamination par le variant indien ou d’autres nouveaux variants dans les mois à venir. D’où l’importance de s’y faire vacciner, a-t-elle encore martelé !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK