Coronavirus - Aide aux sans-abris à Bruxelles: Alain Maron veut basculer du temporaire au long terme

Le Ministre bruxellois de la Santé et de l'Action sociale Alain Maron.
Le Ministre bruxellois de la Santé et de l'Action sociale Alain Maron. - © Belga

La crise du coronavirus doit permettre de repenser globalement la politique d'aide aux personnes sans abri en Région bruxelloise pour éviter de se limiter à des solutions exclusivement temporaires, selon le ministre bruxellois de la Santé et de l'Action sociale Alain Maron.

L'ensemble de mesures déjà prises pour les personnes sans abri "est loin de répondre à toute la problématique", affirme vendredi le ministre Ecolo dans un communiqué.

"Outre les mesures qu'il était nécessaire de prendre dans l'urgence, cette crise sanitaire met en évidence la nécessité de repenser globalement la politique d'aide aux personnes sans abri comme le prévoit l'accord du gouvernement. Je ne veux pas que la crise nous pousse à des solutions exclusivement temporaires", expose-t-il.

Le ministre annonce lancer, avec la secrétaire d'État au Logement et à l'Égalité des Chances Nawal Ben Hamou (PS), les travaux en vue d'une stratégie globale permettant de "basculer vers une logique structurelle" d'accès au logement pour tous.

Le gouvernement bruxellois avait déjà dégagé quelque 7 millions d'euros le 26 mars dernier pour renforcer l'accueil de jour et de nuit, accueillir des personnes sans abri diagnostiquées covid, renforcer l'aide et la protection des personnes dites transmigrantes et garantir le monitoring médical.

Ainsi, l'auberge de jeunesse Jacques Brel peut accueillir 90 personnes par jour avec l'aide de l'agence Bruss'help, l'ONG Médecins du Monde, des associations et des bénévoles. Un service mobile d'intervention assuré par le New Samusocial a été mis en place pour le transport des personnes diagnostiquées covid vers l'hôpital ou les places d'accueil spécialisées, en plus d'une maraude sanitaire en rue, l'aide alimentaire au quai des péniches et la mise en place de lieux supplémentaires de distribution de nourriture.

A ce jour, 726 lits ont été mobilisés dans dix hôtels, auberges et infrastructures collectives, en collaboration avec plusieurs communes (Ville de Bruxelles, Forest, Saint-Josse, Anderlecht, Molenbeek, Schaerbeek et Saint-Gilles), selon le décompte ministériel.

Quelque 260 places ont été créées dans trois lieux pour permettre d'accueillir les personnes sans abri diagnostiquées covid, avec soutien infirmier et médical.

Pour les personnes dites transmigrantes, la capacité d'accueil avant la crise (350 places à la Porte d'Ulysse, en complément des accueils assurées par des citoyens) a été renforcée de 200 places dans deux hôtels, partiellement financées par le fédéral.

L'accueil à la porte d'Ulysse s'est en outre transformé en un accueil 24h sur 24 pour éviter que les personnes n'aient à se déplacer dans la ville en journée. Les coûts de cette capacité d'accueil complémentaire est à ce jour de 765.000 euros, dont une partie est prise en charge par le fédéral. Enfin, la distribution de nourriture, qui était organisée dans le Parc Maximilien, est désormais centralisée dans un lieu sécurisé et coordonné, permettant de respecter les nécessaires mesures sanitaires.

Un centre de Médecins Sans Frontières installé à Tour & Taxis pour les sans-abris (reportage JT):