Coronavirus à Bruxelles : le Food market Wolf ferme ses portes "quelques semaines"

Le Food Market avait été un succès à son ouverture. Et puis le coronavirus est arrivé.
Le Food Market avait été un succès à son ouverture. Et puis le coronavirus est arrivé. - © FACEBOOK

Le Wolf, le food market de la rue Fossé aux Loups dans le centre de Bruxelles fermera ses portes dès ce dimanche et durant tout le mois d’août au moins. Une conséquence de l’épidémie de coronavirus, de son impact sur l’Horeca mais également de la politique de mobilité dans le centre-ville, selon la page Facebook "Cession commerce Horeca".

Contacté par la RTBF, un des 17 restaurateurs de cet espace aménagé dans l’ancien siège de la CGER nous confirme la nouvelle. "Nous préférons fermer qu’ouvrir à moitié", explique l’enseigne My Tannour. "Avec les mesures actuelles, c’est très compliqué." L’affluence des premières semaines, suite à l’inauguration du 14 décembre, n’est plus au rendez-vous.

Le temps de voir comment le COVID évolue

Via Facebook, le Wolf nous indique : "Nous fermons temporairement, quelques semaines tout au plus, le temps de voir comment le COVID évolue…" Le Wolf annonce un retour "en force avec pleins de nouveaux projets". Aucune date de réouverture annoncée pour l’instant. "Tout va dépendre des mesures du gouvernement."

Le Wolf, ce sont 17 comptoirs de restauration proposant une cuisine internationale, d’Asie, de la Méditerranée, belge mais aussi anglo-saxonne… Sushis, gaufres de Bruxelles salées ou sucrées, burgers, fish and chips, bowls, pizzas, sans oublier une micro-brasserie, un chocolatier, un marché bio : le choix est varié afin de multiplier les expériences culinaires. Le food market est installé au coeur de ce bâtiment de 50.000 mètres carrés. La banque et sa salle des guichets ont laissé place depuis la fin de l’année dernière à un food market, le premier de la capitale. Le succès est au rendez-vous. Les premières semaines, il faut faire la file pour pouvoir en profiter, malgré les 800 places assises.

Mais voilà, l’épidémie de coronavirus est passée par là. Lors du lockdown du mois de mars, le Wolf, tout comme les autres établissements horeca, doit fermer ses portes. Lors du déconfinement, le food market rouvre mais est obligé de se plier à certaines règles notamment en termes de distances sociales entre clients. Fini l’ouverture 7 jours sur 7, fini de se croiser aux comptoirs et aux tables. Bref, les temps sont durs.

Les dernières mesures imposant le port du masque dans les restaurants et le tracing des clients (relevé des noms et numéros de téléphone) depuis le 25 juillet n’ont visiblement pas facilité les choses.

"Cession commerce Horeca" croit savoir également que "la politique mise en place par les édiles bruxellois, prônant une mobilité douce de gré ou de force, nuit plus que gravement au développement et l’accessibilité de son commerce". De quoi s’agit-il ? Du renforcement des zones de rencontre dans le centre de Bruxelles. Depuis le 11 mai, le Pentagone est devenu une zone 20 km/h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK