Coronabus : un centre de tests mobile dans un autocar

Coronabus : un centre de test mobile dans un autocar
Coronabus : un centre de test mobile dans un autocar - © Tous droits réservés

Ils sont déjà aux manettes dans les centres de tests d’Auderghem, Woluwe-Saint-Lambert ou encore Saint-Josse… Ils pourront désormais tester dans tout le pays. Le laboratoire privé Eurofins propose désormais le coronabus, un autocar aménagé en centre de tests mobile au covid-19. "Vous entrez par l’avant, vous trouvez une première pièce avec un membre du personnel administratif. Une fois que vous montrez votre réservation et que vous êtes enregistré, vous passez dans une seconde pièce avec un infirmier ou une infirmière. Il est possible de tester deux personnes à la fois. Une fois l’échantillon prélevé vous pouvez sortir par l’arrière", explique Mathieu Pissoort, directeur commercial d’Eurofins.

Le coronabus peut être sollicité par les communes et les autorités fédérales, mais ce ne sont pas là les seuls clients potentiels, "il peut également être utilisé par exemple par les douanes s’ils veulent faire des tests aux frontières, dans un port s’il est par exemple nécessaire de tester tous les matelots d’un bateau qui arrive mais aussi dans des entreprises. Avec le bus, ça rajoute de la flexibilité quand les sociétés ont des demandes", ajoute Mathieu Pissoort.

Les conditions restent les mêmes

Concrètement pour le citoyen qui souhaite se faire tester, mis à part le lieu, rien ne change. "On est complètement en ligne avec la stratégie mise en place par Sciensano", explique le directeur commercial, "les personnes qui peuvent se faire tester sont les mêmes que dans un centre de test fixe, à savoir les personnes de retour d’un voyage ou avant un départ, et les personnes munies d’une prescription médicale".

Concernant le tarif, c’est le même son de cloche, l’INAMI prend en charge les frais si vous êtes en possession d’une prescription médicale. Les tests liés aux voyages vous coûteront toujours 46,81€.

Le coronabus pourrait permettre de réaliser 200 à 300 tests par jour. Eurofins pourrait préparer 3 à 4 autres véhicules à cet usage, "si la demande est présente", précise Mathieu Pissoort.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK