Contrôles camions: phares, freins, les infractions restent trop nombreuses

Des pneus  aux freins, on vérifie tout lors des contrôles FIPA
3 images
Des pneus aux freins, on vérifie tout lors des contrôles FIPA - © rtbf

Camions trop chargés, freins défectueux, temps de conduite trop long. Autant de problèmes qui mettent en danger la vie des chauffeurs mais aussi des autres usagers de la route. Impossible de vérifier tous les camions qui passent sur nos routes mais régulièrement la police effectue des contrôles.

C’était le cas ce lundi en Province de Liège. C’est ce qu’on appelle les contrôles FIPA. Ils associent la police et différents partenaires. Cinq sites avaient été sélectionnés pour effectuer ces vérifications : Awans, Flémalle, Visé, Herstal et Verviers.

Documents administratifs

« Nous allons chercher les camions sur l’autoroute ou sur les axes nationaux proches et on ramène les camions dans le dispositif », explique Sylvain Dohogne, inspecteur principal chargé de l’opération sur Verviers. C’est Quai de la Vesdre que les camions, accompagnés d’un motard, arrivent. Là, tout est contrôlé et cela commence par les papiers : documents du véhicule, documents de transport de marchandises, permis de conduire, relevé du tachigraphe (appareil qui enregistre les temps de conduite et donc de repos également).

« On a déjà eu des chauffeurs qui n’avaient pas le bon permis, d’autres dont le temps de conduite était beaucoup trop élevé », ajoute Christophe De Block, inspecteur. En général, les chauffeurs se plient sans difficulté aux contrôles. Ils sont conscients qu’il y va aussi de leur sécurité. Côté police, ce sont des agents formés spécifiquement qui opèrent. La difficulté, c’est parfois la langue. C’est ainsi qu’il n’est pas rare de voir chauffeur et policier se parler via un smartphone et une application de vocale.

50% techniquement défectueux

Après les papiers, direction le système mobile de contrôle technique. L’autosécurité est appelée régulièrement à travailler avec la police lors de ces contrôles. Le camion est testé sur tous les points : contrôle visuel général, vérification des pneus et des phares et tests de freinage. « Sur ce camion, il n’y a que 14% d’efficacité au freinage sur la remorque… Ça doit être d’au moins 40% », explique Michael Collette, inspecteur à l’autosécurité. Et ce défaut, c’est un risque majeur car ça augmente la distance de freinage. Le même véhicule a aussi des phares défectueux et un chargement mal attaché. Pour son chauffeur, c’est l’amende et l’obligation de faire réparer au plus vite.

Produits dangereux non déclarés, chargement mal attaché, phares défectueux, freins défaillants, Michael Collette constate : « sur une journée type, on a 50% de véhicules refusés rien qu’au niveau technique ! C’est interpellant ».

Plus de 80 camions ont été contrôlés ainsi qu'une dizaine de camionnettes. Plus ou moins 34 000 euros d'amendes (taxes, perceptions immédiates, PV roulage, etc.) ont été perçues. Cette fois-ci, une quinzaine de camions étaient en défaut de contrôle technique ( pneus lisses, fixation de faux châssis, châssis fissuré, phare optique défaillant, extincteurs non conformes, etc.). Les problématiques liées aux défauts d'arrimage, défaut de licence de transport ou non respect du temps de conduite sont les plus présentes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK