Parc Léopold: la consultation populaire, l'un des grands enjeux 2015 à Namur

L’avenir du parc Léopold fera l’objet d’une consultation populaire le 8 février prochain.
L’avenir du parc Léopold fera l’objet d’une consultation populaire le 8 février prochain. - © Belga

Le parc Léopold est menacé par la construction d'un centre commercial de 24 000 m². La consultation aura lieu le dimanche 8 février. Tout Namurois de plus de 16 ans peut y participer. Ce n'est pas obligatoire. L'enjeu, ce sera donc le nombre de participants…

Trois questions seront posées aux Namurois. Les deux premières sont plus générales. La troisième, c'est LA question-clé : êtes-vous pour ou contre la survie du parc Léopold.

La consigne que le collectif pour la sauvegarde du parc donnera sera probablement "non - non – non" : 3 fois non ! "C’est clairement dire "non, on ne veut pas de cette consultation populaire" car ce n’est pas la nôtre, explique Marcel Guillaume (porte-parole du collectif). Aussi parce que la manière dont la ville de Namur l’a organisée est insupportable. Quelque part, ce serait un peu un vote-sanction."

Mais il ne suffit pas seulement de voter. Pour que la consultation populaire soit valable, il faut aussi remplir certaines conditions.

Marc Nihoul (professeur de droit public à l'université de Namur) : "Il faut qu’il y ait minimum 10% de la population qui y participe concrètement. Le code wallon impose le cas échéant au dépouillement des résultats de la consultation. Si ce n’est pas le cas, il n’y a aucune obligation de dépouiller les résultats."

Le collectif espère évidemment atteindre ce pourcentage. "L’espoir secret, c’est qu’une part beaucoup plus importante de la population va se mobiliser pour ce projet et va venir s’exprimer évidemment."

Et si le "oui" l’emporte ?

Du côté du collectif, on est bien conscient qu'il y a un risque. Mais on acceptera le résultat, nous répond Marcel Guillaume. "Nous sommes prêts à accepter ce verdict mais au moins il aura été établi de manière démocratique. Et ça, ce sera notre fierté." Ils seront encore beaucoup plus fiers si les Namurois se mobilisent pour sauver le parc Léopold.

Mais ce ne sera pas gagner pour autant. "Le code ne dit pas que l’autorité communale est obligée de suivre les résultats de la consultation, poursuit Marc Nihoul. Il s’agit donc plus d’une influence politique que juridique."

Et si une grosse majorité veut garder le parc, ce serait délicat de ne pas aller dans ce sens. "On est face à une question très précise. Ne pas la respecter, c’est se mettre à dos une grande partie de la population."

Marcel Guillaume a déjà annoncé la couleur : si la grosse majorité des Namurois veut garder le parc et que la Ville ne les écoute pas, le collectif n'arrêtera pas le combat. Que du contraire, il organisera même d'autres actions.

Monika Wachter

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK