Conflit social chez Burnsen à Seneffe : la situation paralyse toujours l’entreprise

Le dialogue social est au point mort au sein de l’entreprise Burnsen à Seneffe. Les travailleurs ont même symboliquement enterré le dialogue avec la direction. L’entreprise, spécialisée dans la production de chaudières et de boilers, est à l’arrêt depuis une semaine. Les travailleurs ont formé un piquet devant l’usine et demandent la réintégration d’un des leurs, licencié pour avoir manqué un rendez-vous avec la direction.

Isabelle Hoslet de la CSC, syndicat chrétien, déplore la dégradation continue du dialogue social à l’intérieur de l’entreprise : "J’ai envoyé à la direction de Burnsen Atlantic plusieurs mails qui sont restés sans réponse. Et donc, je pense qu’on est en fracture de dialogue. Et il faut renouer ce dialogue. C’est une priorité. En tout cas de se remettre tous autour de la table et d’avoir une vraie discussion, et de mettre les choses qui ne vont pas à plat et d’essayer de trouver, en tant que personne raisonnable et responsable, des solutions pour qu’on puisse continuer à travailler tous ensemble dans une bonne ambiance qui puisse être productive pour les uns et pour les autres. Et que chacun s’y retrouve. Disons que nous nous sommes ouverts au dialogue. J’espère que la direction le sera tout autant. Après, évidemment, les travailleurs sont fâchés. Mais j’espère que chacun va pouvoir trouver les apaisements qu’il souhaite dans le dialogue et que les choses vont repartir normalement le plus vite possible."

De son côté, la direction, que nous avons essayé de contacter à plusieurs reprises ce jeudi, a fait savoir par communiqué qu'elle aussi souhaitait le retour d'un vrai dialogue social mais pas à n'importe quel prix. Elle dénonce l'attitude des organisations syndicales. "Notre outil est pris en otage par une poignée d’individus qui font passer leurs intérêts personnels avant ceux de leurs collègues”, écrit-elle. La direction du site de Seneffe parle de sabotage, d'insubordination, voire d'intimidation dans certains cas. Elle rappelle que d'importants investissements ont été réalisés et sont programmés dans les années à venir pour pérenniser l'activité de Burnsen à Seneffe. Mais que cela ne peut se concrétiser que dans un climat social serein. L'entreprise termine son communiqué en avertissant qu'elle "n'entamera aucun dialogue sous la menace et le chantage d’une poignée d’individus, c’est-à-dire tant que le préavis de grève et la grève seront en cours."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK