Concours de chiens de berger à Jalhay : Nathalie et Dot y seront !

Nathalie Tixhon-de Spa et Dot s'entrainent depuis un bon moment
2 images
Nathalie Tixhon-de Spa et Dot s'entrainent depuis un bon moment - © RTBF

Ce week-end des 11 et 12 novembre, la commune de Jalhay accueille une compétition d'un genre un peu particulier : un concours de chiens de bergers. Rencontre avec une passionnée.

Elle nous accueille dans sa " prairie au milieu de nulle part ". Il y a trois ans, Nathalie Tixhon-de Spa a lâché son boulot de commerciale et sa vie bruxelloise pour suivre un vieux rêve. " J’ai toujours voulu une ferme ", confie-t-elle. C’est sur Xhoffraix, à Malmedy que l’ex-citadine a jeté son dévolu. Aujourd’hui, elle y vit heureuse avec son mari, son âne, ses moutons et ses sept chiens.

Une discipline qui réunit l'humain, le chien et le mouton

" Dot, viens là ! ". Le ton est décidé. Dot, c’est une petite chienne d’un an et demi, un joli border collie marron et blanc. Ce week-end, elle participera avec sa maîtresse au concours de Jalhay. Le tandem s’y prépare depuis des semaines. Un coup de sifflet prolongé et Dot s’élance à toute allure sur ses quatre pattes, direction le troupeau de mouton. " C’est pas facile le sifflet quand on commence ", raconte Nathalie, les yeux toujours rivés sur le troupeau. Des sons les plus courts aux plus longs, en passant par les à-coups, toute cette gamme de sifflements correspond à un ordre, un code complexe entre maître et chien. " Je peux lui dire d’aller à droite, à gauche, de se coucher, de se concentrer sur le troupeau, de revenir ", détaille la maîtresse de Dot.

Quand on lui demande dans quel but elle s’est lancée dans cette drôle activité, Nathalie Tixhon-de Spa semble étonnée. " C’est une passion comme une autre ", rétorque-t-elle. " La seule qui mette en relation trois êtres vivants : l’humain, le chien et les moutons ". Sept jours sur sept et 365 jours par an, Nathalie s’occupe de ses chiens et de ses moutons, juste pour le plaisir. Elle n’en tire aucun profit.

Une passion née dans la grisaille écossaise

Le troupeau fonce à présent sur nous. Dot rampe autour d’eux, à l’affût. " Ceux qui ont des cornes se sont des Black faces, des moutons originaires d’Ecosse ", annonce fièrement la bergère. Et c’est justement au milieu des paysages verdoyants d’Outre-Manche que naît cette passion pour les chiens de berger. Nathalie Tixhon-de Spa a passé son adolescence à la frontière entre l’Ecosse et l’Angleterre. Une atmosphère qu’elle a voulu recréer, jusque dans la langue qu’elle utilise avec ses chiens. " Lie down, walk on, come by, sit… ", des injonctions que Nathalie répète inlassablement. " Pour moi, ça reste un chien qui vient d’Ecosse. On peut très bien donner ces ordres en français, mais je trouve que ça passe mieux en anglais ", s’amuse-t-elle.

Ce week-end, à Jalhay Nathalie, Dot et son autre compagnon à quatre pattes Big Ben se mesureront à une quarantaine de candidats, venus de Belgique, de France, des Pays-Bas ou encore d’Allemagne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK