Communes à facilités: "Ce rapport du Conseil de l'Europe, pour le moral des troupes, c'est toujours bon"

Communes à facilités : " ce rapport du Conseil de l’Europe, pour le moral des troupes, c’est toujours bon "
Communes à facilités : " ce rapport du Conseil de l’Europe, pour le moral des troupes, c’est toujours bon " - © RTBF

Le Conseil de l'Europe devrait à nouveau tancer la Flandre ce jeudi. Deux de ses experts vont présenter leur rapport après leur mission à Bruxelles. Ils estiment que les droits des francophones ne sont toujours pas respectés dans la périphérie. Une quatrième recommandation à l'égard de la Flandre devrait donc être votée ce jeudi. Mais aucune n'a jamais été appliquée. Alors qu’en attendre ? Nous avons posé la question à Sophie Rohonyi, la présidente de Défi Périphérie.

Ça ne sert finalement à rien ces recommandations du Conseil de l’Europe ?

Non je ne pense pas. Déjà pour le moral des troupes, c’est toujours bon d’avoir des recommandations qui démontrent que notre combat est légitime. Et aussi que les facilités sont des droits. Ce ne sont pas des privilèges ou des faveurs qui peuvent être à géométrie variable. Ce sont des droits qui doivent être pleinement effectifs. Et donc de ce fait là, ça coupe un peu l’herbe sous le pied de la NVA dont l’objectif à terme est la suppression de ce régime des facilités.

Mais il s’agit de recommandations, il n’y a donc rien de contraignant

Effectivement. Cela dit, on sent dans rapport du Conseil de l’Europe que le ton s’est durcit. Il constate que la situation ne s’est pas améliorée depuis ses dernières recommandations. Et qu’au contraire, la situation s’est détériorée. Et puis, j’ose espérer qu’à l’approche des élections communales les autres partis vont se réveiller. Et d’ailleurs j’ai entendu quelques voix en ce sens pour pouvoir agir de front avec nous, pour pouvoir conscientiser notamment les partis néerlandophones. Parce que clairement, seul dans notre coin on n’arrivera pas à faire changer la législation

Malgré tout, ce nouveau rapport suscite assez peu de réaction au niveau politique, notamment au MR, votre ancien partenaire

C’est dommage, mais je crois qu’à un an des élections, cela va changer. C’est triste évidemment que tous les partis ne soient pas vigilants tout au long de la législature. Quant au MR, peut-être qu’ils devraient profiter de leur place au fédéral pour faire bouger les choses. On a un député fédéral qui est de la périphérie (le MR Damien Thiéry de Linkebeek, ndlr). Je pense qu’il a du mal à se faire entendre. C’est regrettable. Mais effectivement au MR, il y a quelque chose qui doit se débloquer

Sophie Rohonyi, la présidente de DéFi périphérie était l'invitée ce jeudi de Bruxelles Matin sur Vivacité

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK