Communales 2018: rapprochement en vue entre DéFI et MR à Schaerbeek

Bernard Clerfayt (au centre), le bourgmestre de Schaerbeek.
Bernard Clerfayt (au centre), le bourgmestre de Schaerbeek. - © DIRK WAEM - BELGA

Les élections communales, c'est dans un peu plus de deux ans. Mais les manœuvres ont déjà commencé. A Schaerbeek, la Liste du bourgmestre Bernard Clerfayt (DéFI) opère, selon nos informations, un rapprochement avec le MR local. Ou plutôt, plusieurs élus MR souhaiteraient rejoindre la Libre du bourgmestre en 2018. Des discussions en hauts lieux sont en cours, revient-il à la RTBF à très bonnes sources.

Actuellement, à Schaerbeek, la Liste du bourgmestre est en majorité avec Ecolo et le cdH avec un total de 29 sièges sur 47. Le MR, dans l'opposition, en compte 4. Une faible représentation pour des libéraux qui ont jadis dirigé la cité des Anes. Alors que les élections de 2000 ont vu l'arrivée de Daniel Ducarme (décédé en 2010) et que les parachutages des Charles ou Louis Michel ont été évoqués en 2006 et 2012, il semble que le MR fédéral ne fasse plus de Schaerbeek une priorité pour 2018. Plus question non plus de faire venir dans la commune le chef de groupe MR à la Chambre Denis Ducarme (fils de Daniel Ducarme). Avec l'intégration des Réformateurs à la Liste du bourgmestre, ceux-ci ont plus de chance de participer à une majorité et de se refaire une santé électorale.

Connexions

Les connexions entre les deux blocs restent en tous les cas évidentes, du moins à Schaerbeek. Le député régional Abdallah Kanfaoui a été élu en 2012 sur la Liste du Bourgmestre avant de passer au MR. Trois échevins actuels (Guillaume, Noël, Köksal) sont trois libéraux qui ont refusé la scission des listes FDF-MR à la fin de la fédération. En cours de législature, l'unique élu Open VLD Quentin van den Hove a décidé de soutenir la majorité. La proximité entre Bernard Clerfayt et Didier Reynders, président de la régionale MR n'est pas un secret. Et enfin, Bernard Clerfayt entend garder une certaine indépendance politique face aux injonctions de son président de parti Olivier Maingain qui a conclu en 2014 une alliance régionale avec le PS et le cdH.

En tous les cas, si les choses venaient à se confirmer officiellement, restera à attribuer un nombre de places aux candidats MR sur la LB. Quatre comme le nombre d'élus (Verzin, de Beauffort, Chan, Kanfaoui)? Moins? Plus? Avec ou sans les libéraux néerlandophones de l'Open VLD? Qui sacrifier chez DéFI? Ceci étant, le rapport de force apparaît plutôt favorable à Bernard Clerfayt.

Le PS cherche à se renforcer

Il faudra de toute manière attendre 2018 pour voir si ce projet s’avère payant. En face, le PS (13 sièges) fourbit déjà ses armes. Laurette Onkelinx repartirait pour une troisième fois au combat pour décrocher le fauteuil mayoral. La polémique Goldstein semble déjà oubliée, les socialistes préparent le prochain scrutin et seraient même prêts à se renforcer. Des noms circulent (Madrane, Laaouej...) mais restent à ce stade difficile à confirmer.

Le parti Ecolo d'Isabelle Durant espère toujours intégrer la prochaine majorité mais les tensions de plus en plus flagrantes avec la Liste du bourgmestre notamment sur la gestion du dossier du CPAS. Le cdH de Denis Grimberghs demeure au balcon. Ou au centre, selon les points de vue.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK