Eric Thiébaut réagit à la privatisation du service de nettoyage communal de Colfontaine

Colfontaine privatise son service de nettoyage communale, à la barbe des syndicats
Colfontaine privatise son service de nettoyage communale, à la barbe des syndicats - © Tous droits réservés

Les syndicats étaient au courant du transfert du personnel communal nettoyant vers une société privée, a indiqué mardi le bourgmestre de Colfontaine (Pâturages, Warquignies, Wasmes) Luciano D'Antonio(PS). Les réactions ne sont pas seulement venues du milieu syndical, mais également de la Fédération socialiste de Mons-Borinage, qui via son président, Eric Thiébaut, désapprouve ce choix.

Trente-deux techniciennes de surface de l'administration communale de Colfontaine ont reçu leur C4 la semaine dernière en vue d'une reprise progressive, après prestation de préavis, par une société privée. La commune entend, par là, réaliser des économies.

La CGSP-Admi Mons-Borinage a dénoncé la décision. "Il y a une législation en Belgique", a rappelé Laurent Dufrasne (CGSP-Admi). "Tout ce qui relève du personnel d'une entreprise doit passer par une concertation."

Pour le bourgmestre de Colfontaine, les syndicats étaient au courant du transfert. "Le dossier relatif au marché pour l'entretien des bâtiments communaux a été présenté tant au collège qu'au conseil. Les procès-verbaux sont accessibles au personnel communal", a-t-il commenté lundi dans un communiqué.

Côté CGSP, on dit n'avoir pas été informé. "Nous craignons pour l'avenir des travailleuses. La société privée a remis une offre pour 230 heures de nettoyage, à répartir sur les 32 personnes qui connaîtront donc une diminution de leur temps de travail. De plus, les nouveaux contrats comprennent une période d'essai d'un mois."

La CGSP a demandé que la réunion de signature des nouveaux contrats, programmée mardi, soit annulée, une réunion de concertation avec la commune étant prévue mercredi.

Le Président de la Fédération socialiste de Mons-Borinage, Eric Thiébaut désapprouve le choix Communal à Colfontaine. «Je comprends que les pouvoirs publics sont confrontés à la crise, je comprends que le choix du transfert vers le privé des techniciennes de surface à Colfontaine peut faire épargner plus de 300.000 € à la commune, mais publiquement, je dois exprimer ma désapprobation quant au choix communal».

Pour lui, ce choix ne correspond pas à au souci de la Fédération Socialiste de Mons-Borinage de défense des services publics. Par ailleurs, cette même fédération déplore que la concertation syndicale ne semble pas avoir été respectée.

RTBF & Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK