Climat : après les marches, les actions concrètes des jeunes de Jodoigne

Avant les élections, de nombreux jeunes issus des écoles secondaires de Jodoigne ont participé aux marches pour le climat.

Les élections du 26 mai sont passées. Et aujourd’hui, des jeunes veulent passer au concret. Dans leur vie quotidienne. Dans l’enceinte de leur établissement scolaire. Ou en participant à des réunions de travail avec des élus locaux. Trois objectifs que poursuivent désormais les jeunes de trois écoles de la commune de Jodoigne, en Brabant wallon. Ce mercredi, une délégation d’écoliers a participé à une table ronde à la commune, aux côtés de plusieurs responsables locaux, dont le bourgmestre Jean-Luc Meurice et l’éco-conseillère Bénédicte Maréchal. Ils ont travaillé à l’élaboration d’une série de mesures concrètes sur le thème de la mobilité durable.

Mobilité durable

Après une réunion préparatoire, récemment, les jeunes et les élus ont planché ce mercredi sur une première table ronde thématique. "Nous avons travaillé sur la mobilité et les moyens de l’améliorer, en respectant mieux l’environnement", explique Héloïse Delperdange, rhétoricienne. "Nous avons exposé aux élus les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Comme le transport scolaire. Les horaires des bus ne sont pas toujours adaptés à nos besoins. Certains bus roulent parfois en étant pratiquement vides. Il faut donc adapter les horaires. Rendre le transport plus efficace. Nous proposons aussi d’autres pistes en matière de mobilité douce. Comme l’adaptation des infrastructures à la pratique du vélo. Cela incitera davantage de jeunes à se rendre à l’école à vélo".

Contraintes

Pour bon nombre de jeunes, les propositions évoquées lors de la table ronde étaient aussi l’occasion de confronter les idées aux contraintes de la réalité. "Nous avons découvert une série de contraintes (techniques, administratives et budgétaires) auxquelles nous n’avions pas toujours pensé", explique Zoé Leurs, rhétoricienne. "Les élus ont écouté nos propositions. Ils en discuteront avec des experts et reviendront vers nous pour voir ce qui est réalisable".

"Nous voulions d’abord écouter les jeunes," explique le bourgmestre Jean-Muc Meurice. "Mais nous devons aussi leur expliquer qu’il y a des impératifs administratifs et budgétaires. Des délais à respecter. Ce qu’ils comprennent d’ailleurs assez bien. Il y a une série de propositions intéressantes. Nous pourrions aussi en parler avec d’autres communes". Partager les idées et les expériences. Car l’environnement n’a pas de frontières. "Il fallait en tout cas aller plus loin que les manifestations pro-climat et agir de façon concrète au sein de l’école et dans la vie quotidienne", souligne Florence Plattyn, enseignante.

Pesticides

A la fin du mois de juin, une nouvelle table ronde sera consacrée aux pesticides. "Nous avons déjà pris des mesures, mais il y a moyen d’aller encore plus loin", explique Bénédicte Maréchal, éco-conseillère et conseillère en mobilité. "Il faut faire évoluer les mentalités. L’impulsion peut venir des jeunes. Il est important aussi de faire des choix judicieux en matière de consommation, en matière de zéro déchet, par exemple. L’environnement est un tout. Jodoigne compte faire des émules, en incitant les communes voisines à collaborer à divers projets en faveur d’un plus grand respect de la planète.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK