Clabecq: une partie des travailleurs de NLMK est partie en grève

Le mouvement est parti ce lundi de la base. Une centaine d'ouvriers, soit environ un travailleur sur quatre a arrêté le travail. Ils veulent signifier à leur direction leur ras-le bol. "On a beaucoup d'heures supplémentaires qu'on ne parvient pas à récupérer. Cela fait des années que ça dure et qu'on nous promet des choses. On a déjà eu des blessés et même un mort. On n'en peut plus! On veut travailler dans un contexte qui est sain. Or, ici, on est dans une usine dangereuse", témoigne un ouvrier.

Un huissier est venu constater le blocage de l'usine. Les syndicats soutiennent à présent le mouvement, déclenché par les ouvriers. La direction n'a pas encore donné de suite à ces revendications. La grève se poursuit jusqu'à nouvel ordre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK