Parking du Cinquantenaire interdit au stationnement: une période de transition de deux semaines

Ce jeudi 2 janvier, l'interdiction de stationnement sur l'esplanade du Cinquantenaire était très loin d'être respectée.
Ce jeudi 2 janvier, l'interdiction de stationnement sur l'esplanade du Cinquantenaire était très loin d'être respectée. - © RTBF - Philippe Carlot

C’est une des nouveautés qui s’imposent aux Bruxellois en 2020 : depuis ce mercredi 1er janvier, le stationnement est interdit sur l’esplanade du Cinquantenaire. Une mesure qui vaudra pour trois ans, afin de garantir la sécurité et la continuité des travaux de toiture en cours au sein des trois musées du site. La fin provisoire, donc, de ce qui constitue l’un des derniers grands parkings gratuits en Région bruxelloise.

Voilà pour la théorie. Mais en pratique, ce jeudi 2 janvier, malgré les nombreux panneaux d’interdiction de stationnement apposés sur l’esplanade, plusieurs dizaines de voitures sont encore parquées là, en toute impunité.

Une situation étonnante, qu’il faut sans doute relier à la situation kafkaïenne du Cinquantenaire. L’esplanade en question est un terrain privé, propriété de la Régie des bâtiments (une administration fédérale), mais gérée par Bruxelles Environnement (une administration régionale).

La zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles rappelle pour sa part que ce n’est pas à ses services de s’assurer que le stationnement interdit est bien respecté. "Ce site est une propriété de la Régie des Bâtiments. C’est donc à cette structure de prendre des mesures. Celle-ci avait annoncé l’installation de barrières pour fermer le site, mais apparemment cela n’a pas été fait", explique Olivier Slosse, porte-parole de la zone de police à Bruzz.

Du côté de la Régie des Bâtiments, on confirme que l’interdiction n’est pas encore effective, même si les panneaux annonçaient autre chose. Les fameuses barrières seront installées d’ici deux semaines, assure le porte-parole Johan Vanderborght. "Il y a encore une période de transition de deux semaines, durant laquelle la police va être sur place pour informer les automobilistes de la future fermeture complète du site", explique-t-il à bx1.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK