Cinq questions à Rudy Demotte, tête de liste PS à Tournai

Rudy Demotte, tête de liste PS à Tournai
Rudy Demotte, tête de liste PS à Tournai - © PS

 

  1. Que préconisez-vous pour le relancer le commerce en centre-ville ?

Rudy Demotte (PS) "1. Soutenir les commerçants de notre ville en favorisant l’accroissement de l’offre résidentielle du centre pour augmenter le nombre d’habitants, ce qui générera un besoin de commerces de proximité. 

2.Poursuivre les aides au loyer pour des nouvelles enseignes en centre-ville et de soutien à la restauration. Pour diminuer les charges financières des commerçants, solliciter le Fédéral  pour la mise en œuvre d’une péréquation cadastrale pour le commerce. Cela permettrait une réduction des revenus cadastraux de 25 %.

3.Au centre-ville, une halle gourmande où les producteurs locaux pourraient vendre leurs produits sur la base d’un cahier des charges fixant les conditions d’une production durable.

4.Rendre le linéaire plus lisible et praticable pour les déplacements à pied, en assurant la sécurité par rapport à la circulation motorisée et la protection contre les intempéries, cet objectif peut être rencontré dans le piétonnier grâce l’installation d’un auvent de déambulation".

2) Quelle est votre position sur le futur du pont des trous ?

R.D.  "Le PS est lié au processus participatif qui a fait, au lendemain de la consultation populaire, l’objet d’un accord à l’unanimité du Conseil communal et qui a permis au Conseil communal du 27 juin 2016 de décider " d’adresser au Ministre Prévot le choix final de l’esquisse pour la transformation du Pont des Trous et de l’aménagement de ses abords, retenue par le comité de pilotage issu du processus participatif " Au tour du Pont " (mars-juin 2016) mis en place dans la foulée  de la consultation populaire du 25 octobre 2015 ". Par ailleurs, le PS soutiendra le dossier si le Gouvernement français adopte les lois mobilité et finances qui conditionnent la réalisation du Canal Seine-Nord-Europe en France. Enfin, le PS est ouvert au moratoire sollicité dans le cadre de l’alerte patrimoine ICOMOS tout en étant conscient qu’il appartient au Gouvernement wallon d’y donner une suite favorable ou pas".  

3) Quelles sont vos solutions pour la mobilité à Tournai et ses 29 villages ?

R.D.  "- Nous entendons appréhender toutes les offres de transport afin d’en favoriser la complémentarité (Train/Bus/Voiture/Vélo). Comme pôle urbain, au sein d’un territoire de quelque 160 000 habitants, Tournai devra  envisager sa politique de mobilité à un niveau supracommunal à l’échelle de son bassin de vie.

-Interpeller les TEC afin qu’ils proposent une offre mieux adaptée aux villages, en veillant à mettre en œuvre des systèmes alternatifs, comme augmenter l’offre de taxi social, pour renforcer l’autonomie des habitants des villages.

-Défendre auprès de la Région la construction d’un pont sur l’Escaut pour désengorger Kain et répondre aux enjeux de mobilité liés  au développement de la ville, de la Zacc Morel ou du port fluvial.

-Défendre auprès du fédéral une révision du plan d’investissement de la SNCB qui n’a prévu aucun moyen pour Tournai -, pour permettre la construction d’un parking visant à limiter la pression du stationnement dans les voiries adjacentes".

4) Que préconisez-vous pour diminuer le sentiment d’insécurité en ville ?

R.D.  " -Mener une politique permettant de préserver les lieux publics pour les rendre plus sûrs et plus conviviaux en impliquant l’ensemble des usagers. Les aménagements ont un impact sur notre sécurité et sur la perception que nous en avons. La politique d’urbanisme et d’aménagement du territoire est un outil au service de la quiétude des citoyens.

-Entre 2012 et 2018, les moyens de prévention réorganisés, 8 policiers supplémentaires recrutés, 75 caméras de surveillance installées.  Dès le début de la mandature avec la zone de police nous organiserons un débat au Conseil communal et d’établir un plan quinquennal afin d’atteindre les objectifs ainsi fixés. L’objectif est de répondre de manière concertée et équilibrée aux différentes sensibilités sociologiques et politiques de notre ville et de réclamer auprès du Gouvernement fédéral les moyens de financement nécessaires en regard des spécificités de notre territoire (plus grand territoire de Belgique, ville frontalière, prison, hôpital".

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK