Cinq questions à Pascal De Handschutter, tête de liste PS - MAJORITE COMMUNALE à Lessines

Pascal De Handschutter, tête de liste du parti PS - MAJORITE COMMUNALE à Lessines
Pascal De Handschutter, tête de liste du parti PS - MAJORITE COMMUNALE à Lessines - © Orane B.

1. Quelle politique commerciale envisagez-vous pour le centre-ville de Lessines et les villages ?

Pascal De Handschutter (PS – MAJORITE COMMUNALE)  “Nous avons mis en place durant cette mandature une agence de développement local (en ASBL, pour plus de réactivité et d’efficacité). C’était un engagement de notre programme de 2012. L’ADL fonctionne, et bien. Nous consoliderons son rôle.

Nous continuerons la politique de soutien aux commerces par des subventions communales, toujours en lien avec l’ADL.

Aujourd’hui, on ne développe plus une activité économique de manière organique, sans plan réfléchi. Dès la mise en place du nouveau collège, nous travaillerons à des choix et des thématiques de développement.

Un axe important qui liera centre ville et villages, ce sera la place cruciale accordée au circuit court et à nos excellents producteurs locaux. Lessines et surtout ses villages sont très riches en la matière. Nous mettrons en place des mesures pour que les associations puissent utiliser les services de ces producteurs aux meilleures conditions. Les organismes publics et para communaux utiliseront en priorité les produits locaux”.

2. Que proposez-vous pour redynamiser le tourisme à Lessines, en dehors de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose ?

P. D H. “Nous prendrons une mesure ferme : nous scinderons l’activité tourisme de l’activité muséale de la ville. Pour être compris par tous, l’Office du tourisme remplit aujourd’hui convenablement ses missions de promotion du Musée de l’HNDR, mais le terrain est en friche pour les autres composantes d’un tourisme moderne. La seule solution pour remédier à cet état de fait, c’est de scinder les deux volets ! Concrètement, l’équipe du musée continuera son job sur le site de l’Hôpital Notre Dame à la Rose, mais le reste du tourisme sera géré en dehors de cette ASBL !

Cela nous permettra de proposer une activité touristique globale fondée sur les atouts de la ville : vallée de la Dendre, Ravel, anciennes carrières, proximité des frontières linguistique et française, festivals et concerts organisés par le centre culturel, folklore, sport…

Cela implique une collaboration renforcée entre le centre culturel, la Coupole sportive, l’ADL et bien entendu le Musée de l’Hôpital Notre Dame à la Rose”.

3. Comment améliorer le sentiment de sécurité en centre-ville ?

P. D H. “Ce thème était déjà présent lors de la campagne de 2012 et nous avons beaucoup travaillé en la matière. C’était aussi un engagement de notre liste et nous l’avons tenu . Nous avons par exemple installé des caméras dans la ville, contre l’avis de certains au conseil communal. Au passage, même si on ne communique pas trop dessus car c’est dans le cadre souvent d’affaires judiciaires, cela a permis de résoudre pas mal d’affaires, notamment au niveau d’incivilités. Le replacement de la zone de police à Lessines sera pleinement effectif dès fin septembre, avec une capacité d’intervention très rapide.

Un des problèmes dans la région, cela reste les problèmes liés aux poids lourds sur la nos routes. Nous installerons des radars intelligents capables de repérer les infractions commises par des poids lourds. Cela représente un certain budget, mais cela va dans l’intérêt de la cité et de ses habitants. Ce le sont là que des exemples”.

 

4. Le projet Snow Games a-t-il toujours sa raison d’être ? Peut-il encore représenter une réelle plus-value pour la ville ?

P. D H.  “Il s’agit d’un projet du secteur privé. Son bouclage financier ne nous appartient pas. Bien entendu, nous sommes ouverts à sa réalisation et donc désireux de faciliter dans la mesure de nos possibilités sa concrétisation. Une telle réalisation est un plus. Notre rôle en tant que pouvoir politique local est de veiller à la bonne intégration d’un tel projet dans la ville et la région : en favorisant les ponts avec l’économie locale, en veillant à la création d’un emploi de qualité dont bénéficient nos citoyens, en s’assurant d’une réalisation en phase avec des normes actuelles du respect de l’environnement.

Donc, oui, le projet garde sa raison d’être. Oui, il est bénéfique pour la ville. Oui, nous le soutiendrons le cas échéant. Mais avec tout l’encadrement utile pour qu’il soit pleinement bénéfique pour les Lessinois. Ceci dit, le projet est sur les rails depuis très longtemps. Je le répète, c’est du privé et nous n’avons pas la main pour le concrétiser”.

 

5. Quelle est la première mesure que vous prendriez lors de la prochaine mandature communale ?

P. D H. “Evidemment, il est plus facile de répondre à cette question quand on accède au pouvoir que quand on rempile. Ces dernières années, nous avons effectué un important et crucial travail de rattrapage : réfection de la Grand rue, réfection de la gare, développement du logement et bien d’autres choses encore. Plus a été fait sur cette mandature qu’en 25 ans auparavant à Lessines.

Notre première mesure à moi et mon équipe sera de mettre désormais en place des mécanismes qui structurent le développement futur de la ville. En bref, nous établirons un plan de développement pour la ville, avec des choix, une budgétisation de chaque poste et une responsabilisation des fonctionnaires communaux. Cela peut sembler technique, mais c’est crucial. Diriger, c’est prévoir, anticiper et planifier. C’est ça qui a trop longtemps manqué à Lessines et c’est ça que je pense, en tout modestie, que nous avons apporté ces dernières années. Sans ça, rien ne peut fonctionner. C’est notre expertise!”

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK