Cinq questions à Manu Disabato, tête de liste du parti "Be Frameries" à Frameries

Manu Disabato
Manu Disabato - © Be Frameries

Comment relancer l’activité commerciale dans les centres de la Bouverie et de Frameries, et plus particulièrement dans l’Epicentre ?
Manu Disabato (Be Frameries): "Il faut que la commune se redéploye au niveau commercial sur ses 2 pôles de Frameries et La Bouverie. La Bouverie reste le parent pauvre à ce niveau (à titre d’exemple il suffit de voir l’absence de décoration à la Bouverie à la Noël). Il ne faut pas non plus oublier les villages ruraux et permettre une réduction des taxes pour ceux qui veulent y implanter un commerce de proximité. Pour Be Frameries, il est nécessaire d’adapter les critères de la maternité commerciale qui est un lieu où le coût d’installation est très réduit (3€/m2) mais qui reste encore fort peu occupée. Nous souhaitons développer beaucoup plus d’animations régulières et réparties sur toute l’année pour que les gens qui viennent assister à ces activités en profitent pour faire leurs courses à Frameries. Nous voulons mettre l’accent sur le commerce de proximité en aidant les commerçants à être plus innovants via les outils qui existent déjà. Enfin, Frameries a bénéficié d’un budget il y a quelques années pour développer les circuits courts mais n’a jamais mis en œuvre quelque chose. Nous voulons donc concrétiser ce projet".
 
Comment lutter contre le nombre croissant d’incivilités et comment renforcer la sécurité?

M. D.: "Be frameries est intervenu depuis plusieurs années pour renforcer la présence des agents de quartier qu’on ne voit plus sur le terrain. D’autre part, parfois la nuit, la police boraine ne dispose que de 2 combis pour couvrir un territoire de près de 100.000 habitants ce qui est beaucoup trop peu. Par aillerus, nous souhaitons renforcer la prévention pour empêcher les incivilités avant qu’elles ne se produisent.
Be Frameries souhaite aussi mettre en place des partenariats locaux de prévention qui consistent à désigner une personne relais dans les quartiers qui a un accès direct aux agents de police pour leur signaler des agissements suspects et qui peuvent être relayés par la police aux habitants de ce quartier.
Nous voulons aussi mettre en place un plan local de sécurité routière à l’échelle de chaque quartier (excès de vitesse, parking sauvage...)et diminuer les vitesses dans les traversées de villages. Enfin, nous souhaitons mener une politique de prévention accrue avec le placement de caméras à des endroits stratégiques".

A Frameries, plus d’un jeune sur 5 vit dans une famille où personne ne travaille, que faire pour (re)donner du travail aux jeunes ?

M. D. : "Dans nos jeunes demandeurs d’emploi, beaucoup sont peu qualifiés. C’est pourquoi nous proposons de dédier un espace dans nos zoning à l’économie sociale qui permet à des gens éloignés de l’emploi de pouvoir travailler (dans le recyclage par exemple) Par ailleurs, nous proposons que la commune s’engage à prendre des jeunes en alternance dans ses services vu les résultats positifs en termes d’emplois à la fin de la formation.
Be frameries souhaite aussi mettre en place une halte garderie principalement dédiée aux personnes qui recherchent un emploi pour leur faciliter la tâche.
Nous souhaitons soutenir ceux qui veulent lancer une activité indépendante avec, par exemple, la création d’espaces de co-working (bâtiments partagés) permettant à des indépendants de disposer d’un lieu accessible et équipé pour y travailler à un prix modique.

Nous voulons aussi accueillir, orienter et accompagner les nouveaux indépendants, commerçants et artisans pour aider au développement de leurs activités".

En matière de propreté publique, Frameries a l’étiquette de " commune sale ". Faut-il davantage de répression ?

M. D.: "La 1ère priorité de Be Frameries c’est la propreté et l’embellissement de Frameries. Il n’y a pas de fatalité aux dépôts sauvages et aux quartiers malpropres ! Nous souhaitons travailler de la prévention à la répression. Il faut d’abord que la commune donne l’exemple, notamment dans les cimetières ou près des bulles à verre, et pas uniquement 3 mois avant les élections. Sur le volet répression, nous proposons d’utiliser les caméras mobiles de la police boraine pour sanctionner les auteurs mais aussi de communiquer afin de montrer qu’il n’y aura plus d’impunité à ce sujet. Nous voulons l’application systématique de sanctions, sous la forme de sanctions financières, avec la mise en place de sanctions alternatives obligeant les auteurs à réparer les dégâts occasionnés. L’argent des sanctions ira dans un Fonds d’embellissement de Frameries pour mener par exemple des actions pour rendre Frameries plus belle (quartiers fleuris...). Enfin, nous souhaitons un système de ramassage des encombrants gratuit et à la demande pour éviter que cela se retrouve dans la nature".

Quelle est la première mesure que vous prendriez lors de la prochaine mandature communale ?

 

Nous déclinons toute responsabilité quant au fond et à la forme des propos tenus par les candidats.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK