Cinq questions à Agnès Vandendriessche, tête de liste du parti "Pecq Autrement" à Pecq

Agnès Vandendriessche, tête de liste du parti "Pecq Autrement" à Pecq
Agnès Vandendriessche, tête de liste du parti "Pecq Autrement" à Pecq - © Pecq Autrement

1/ Comment restaurer un climat suffisamment serein pour constituer une équipe de travail efficace ?
Agnès Vandendriessche (Pecq Autrement) : "Apporter soutien et collaboration à un organigramme cohérent proposé par le Directeur Général, responsable de l'administration. La transparence dans les dossiers, et la communication à la population : " Dire ce qu'on fait, faire ce qu'on dit " 

Consulter la population régulièrement, être en permanence à l'écoute de ses  besoins réels, mais aussi de l'Administration qui a son mot à dire et ses idées, ne pas pratiquer la politique du " Pas la peine de vous le demander, NOUS savons ce qui est bon pour vous ! ".

Une vision d'ensemble de tous les projets, travaux et tâches en cours, avec une planification en temps réel, à court, moyen et long terme.

Chacun reste à sa place, le politique imagine les projets, mais c'est l'administration qui les exécute selon les règles, et tout le monde se parle et se respecte, sans interférer dans le travail de l'autre.
"

2/ Quelle sera notre politique en matières de taxes communales ?

A. V. : "La taxation est un sujet mal perçu par le citoyen qui considère toujours qu'elles sont trop nombreuses et trop fortes.

La démagogie consisterait à promettre de les diminuer, la réalité c'est la dotation reçue par l'intermédiaire du fonds des communes qui est inversément proportionnel aux taxes perçues (moins une commune taxe ses citoyens, moins elle reçoit d'argent du fonds, elle est donc doublement " punie "). Il faut donc faire preuve de réalisme et d'inventivité, d'une part en essayant au maximum de compresser les dépenses, mais beaucoup d'efforts ont déjà été faits de ce côté-là, d'autre part en expliquant plus souvent et mieux à la population à quoi servent les montants perçus, comment ils sont employés, et donc lui démontrer qu'on déploie plus de services à la population. A travers les outils comme le site internet, le bulletin communal ou des conférences organisées avec le concours de spécialistes, on peut par exemple expliquer correctement ce que sont les taxes dites environnementales telles que le coût-vérité, la taxe poubelles ou la taxe égoûts.
"

3/ Quel développement pour le site de Léaucourt et que faire du musée Jules Jooris, abandonné aux affres du temps ?

a) Léaucourt

A. V. :"Ne plus faire l'amalgame habituel entre le site de Léaucourt (propriété communale) et l'ASBL indépendante " Maison de Léaucourt " subsidiée par la commune et qui s'occupe plus particulièrement de stages pédagogiques / nature.

Etablir une convention claire, et toujours inexistante à ce jour, où les tâches et responsabilités de chacun seraient correctement définies.

La commune doit contribuer à garder et renforcer l'attractivité du site, que nous considérons comme un joyau, en assurant sa promotion extérieure, par le site internet, les publications touristiques pour la Belgique, toutes régions confondues, la France, d'autres pays, et ce à destination des marcheurs, cyclos ou amateurs de nature.

Il faut absolument réaliser un balisage des sentiers et des pistes cyclables, mais aussi des sites intéressants à visiter dans toute l'entité, et en établir une cartographie, en faisant du site de Léaucourt le point de départ ou d'arrivée des circuits."

b) Le musée Jules Jooris

A. V. : "Notre première action sera de trouver et constituer un comité de bénévoles passionnés par le folklore, les anecdotes, les petites et grandes célébrités locales, l'histoire, l'art, etc, thèmes qu'on retrouve dans différentes salles du musée, bénévoles qui prendraient en charge l'inventaire des collections, leur préservation, leur promotion extéreure (comme pour le site de Léaucourt, et pourquoi pas par la Maison de Léaucourt).

Il faudra également faire expertiser le bâtiment pour vérifier son état actuel et analyser son infrastructure, en partant du principe que ce sont surtout les personnes âgées qui visitent ce genre d'établissement lorsqu'elles viennent de l'extérieur (ici ce sont des escaliers raides et étroits, pas d'ascenseur, rien pour les PMR), il faut donc procéder à une estimation de cette rénovation par un bureau d'études pour savoir quel serait le prix d'une rénovation qui résoudrait ces problèmes.

Si l'ancienne maison communale de Warcoing ne convient pas pour ce musée, trouver un autre bâtiment, et, pourquoi pas revenir à un aménagement des caves de St Joseph, bâtiment qui (en conservant in situ le club de ping-pong qui ne souhaite pas déménager) pourrait devenir le pôle culturel de l'entité avec sa bibliothèque, une salle de spectacles / réceptions / banquets / expositions / conférences (en quelque sorte une maison du village ou de l'entité), comprenant également un musée de la vie rurale."
 

4/ Comment trouver une bonne cohabitation entre le développement du zoning et les habitants riverains ?

A. V. : " Nous supposons que cette question s'applique au zoning du PACO, dont les aménagements sont en cours.

Une entreprise locale, installée depuis fort longtemps juste à côté de ce zoning, et qui occupe environ 60 personnes, a récemment introduit un permis pour le réaménagement de ses infrastructures, les dispositions prévues dans ce plan diminueront certaines des nuisances engendrées en termes de bruit ou de poussières, le trafic de leur charroi se fera essentiellement par la nouvelle route construite au-dessus du zoning, en direction du rond-point " Difra ".

Pour les nouvelles entreprises qui occuperont le PACO, un consortium agro-alimentaire a été créé, regroupant entre autres Cosucra, Huileries Vandeputte, Engrais Lebrun, dont les activités, exception faite d'une petite unité de reconditionnement, devraient se cantonner dans le domaine du stockage et du transbordement par bateau, ce qui devrait générer très peu de nuisances, sauf en matière de trafic poids lourds.

Là encore, ce trafic devrait transiter quasi exclusivement par la nouvelle route vers le rond-point, les nationales et les autoroutes, limitant au maximum les nuisances pour les riverains les plus proches, notre groupe fera en sorte que cela se passe de cette manière, quelles que soient les entreprises présentes sur le site.

Il ne faut pas oublier non plus que le permis prévoit la plantation d'arbres destinés à masquer au maximum les bâtiments construits et à garder un aspect pas trop industriel à la zone, là aussi nous veillerons à ce que le permis soit respecté, à la lettre.
"

5/ Quelle est la mesure phare que vous souhaitez mettre en oeuvre ?

A. V. : "Restaurer la confiance perdue du citoyen envers la politique en général, les politiques pecquois en particulier, en lui démontrant par des actes et non des promesses qu'il deviendra le centre de nos préoccupations et de notre attention.

Montrer notre capacité d'écoute de ses aspirations et de ses problèmes, nous efforcer de donner à chacun ce à quoi il a droit, sans passe-droits, sans favoritisme ou clientélisme, sans promesses inconsidérées et donc intenables.

Bref, tenir une seule ligne de conduite basée tout entière sur la bonne gouvernance, l'Ethique et la transparence dans nos actions, ce qui devra également passer par une collaboration de tous les instants avec une administration pecquoise performante, en attente de cette nouvelle façon de diriger la commune."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK