Chièvres : une école des devoirs menacée de fermeture

L’asbl Cilès, c’est deux animatrices à mi-temps. Leur mission : épauler une cinquantaine d’écoliers, de la 1ère primaire à la 1ère secondaire. Mais faute de subsides, la structure pourrait très prochainement mettre la clé sous le paillasson. ''On vient d’apprendre qu’au 01er décembre, nous allons toutes les deux se retrouver en préavis'', déclare l’une des animatrices.

Motif invoqué : il n’y a plus suffisamment d’argent pour payer les deux salaires. Les deux femmes remuent pourtant ciel et terre : ''Il existe des possibilités pour obtenir des subsides pour des projets mais dans notre cas, nous avons besoin de subsides pour nos salaires. Sur la Wallonie, apparemment, c’est très difficile à obtenir.''

Du côté des parents, c’est la consternation : ''C’est un grand malheur pour les enfants de la région, déclare une maman inquiète. Cela nous aide beaucoup. Quand on travaille tous les deux, il n’est pas toujours facile d’être disponible. De plus, on n’a pas spécialement les bonnes explications ni les bonnes techniques…''

La balle est maintenant dans le camp des responsables politiques locaux.

 

Fabrice Gérard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK