Chièvres: la tradition du crossage est toujours bien vivace

Un crosseur à l'oeuvre
Un crosseur à l'oeuvre - © Stéphanie Vandreck

Bien ancrée en Hainaut-Occidental, la tradition du crossage a fait son grand retour ce mercredi des cendres. A Chièvres, dans l’après-midi, ils étaient 1600 joueurs à se défouler sur leur « cholette ».

Pour expliquer en quoi consiste cette tradition, on pourrait dire que le crossage est au jeu de rue, ce que le golf est au jeu sur pelouse. La "cholette" est une grosse balle en bois que les participants au jeu tentent d’envoyer à l’aide de leur crosse -appelée ici rabot- contre un fût de bière baptisé "tonne".

"Vous devez viser la tonne avec l’aide du rabot et de la cholette le plus vite possible pour aller essayer de boire un verre " explique un des joueurs "le but c’est d’aller d’un café à un autre, poursuit cet autre amateur, donc chaque café a un tonneau qui est installé en face du café et en commençant nous devons estimer le nombre de coups que nous allons faire pour arriver au café que nous avons choisi".

Cela peut prendre tout l’après-midi, mais comme dit l’adage bien connu, "quand on aime… ", et cela se voit les participants ne comptent pas leurs heures en ce moment de (joyeuses) retrouvailles. Mais, il n’y a pas que les afficionados que l’on retrouve à proximité des bistrots impliqués, il y a ceux qui découvrent cette pratique.

Des invités de marque

Et dans le groupe des participants, il y a des invités de marque comme le colonel Marty Vannatter, venu en voisin de la base américaine toute proche pour s’initier aux mœurs de la commune qui l’accueille " j’ai joué au golf auparavant, confie ce Colonel, donc ça m’aide bien aujourd’hui (…)° mais ce n’est pas la même chose, c’est la première fois que je joue avec un Club aussi gros ".

Parmi les visiteurs, il y a également des mordus comme ce flamand d’Audenarde plus attaché à cette tradition du jeu de rue qu’aux folklores plus établis " Chièvres, avoue-t-il, c’est encore plus fort pour moi que Binche ou le carnaval d’Alost ou d’autres ".

Un avis qui, en cette semaine de carnaval, devrait faire l'objet d'un débat passionné entre amateurs de ces différentes traditions. Alison Delpierre s'était, elle, rendue à Blaton à la rencontre d'autres amateurs de crossage.

Stéphanie Vandreck, Vincent Clérin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK