Taxes à Chièvres: l'eau des piscines privées va devenir plus "salée"

Illustration
Illustration - © Flickr - Nicolas Hoizey

Taxer 250€ les propriétaires de piscines en dur, c’est la décision prise par la commune de Chièvres pour contribuer à remplir ses caisses. L’opposition MR dénonce «une taxe pour les riches».

Chièvres complète ainsi une liste de communes comme Tournai, Leuze-en-Hainaut, Mouscron, Quévy ou encore Binche qui ont déjà adopté une taxe à destination des propriétaires de piscines privées.

Contraintes de trouver de nouvelles ressources pour fonctionner avec un budget respirable, les communes se tournent naturellement vers les pistes les plus rentables pour l’alimenter : elles ciblent de préférence les terrains de tennis privés, les chevaux et… les piscines.

"C’est tout-à-fait normal, c’est tout-à-fait légal, explique Mathieu Lambert, Conseiller à la Cellule fiscalité à l’Union des Villes et Communes, je dirais même que c’est essentiel de tenir compte de la capacité contributive lorsqu’on établit une taxe". Une approche que ne partage pas l’opposition MR de Chièvres.

"Il y a potentiellement soixante piscines sur l’entité de Chièvres, constate Bruno Lefèbvre (PS), bourgmestre de la Commune, donc cela représente quand même des moyens conséquents. L’objectif de cette taxe, il est simple, c’est qu’aujourd’hui les communes ont besoin de moyens et donc nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour trouver des moyens là où nous pouvons en obtenir".

Laura Canducci, Vincent Clérin

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK