Cherche 700.000 euros pour libérer une partie du Bois de la Houssière

Cherche 700.000 eur pour libérer une partie du Bois de la Houssière
2 images
Cherche 700.000 eur pour libérer une partie du Bois de la Houssière - © Tous droits réservés

Marre des forêts privées où on ne peut pas se promener ! C'est un peu le message d'un groupe de citoyens qui vivent en bordure du Bois de la Houssière entre Braine-le-Comte et Virginal. Ils ont lancé une coopérative et espèrent qu'un maximum de gens vont acheter leur part. L'objectif: acheter collectivement 80 hectares formés par "le Grand Bois". Et ensuite gérer cette forêt de manière responsable.

"Vous êtes là pour le Grand Bois?" Un jeune adolescent nous interpelle à cheval sur son vélo. "Je le connais par coeur même si c'est interdit. Je me promène tout le temps dedans. Je suis en train d'économiser pour acheter une part. J'aimerais bien avoir un morceau de cette forêt." Une interpellation qui semble en dire long sur l'intérêt que portent les habitants de la région au projet. Le Grand Bois a longtemps servi de garde chasse. En témoignent encore, les douilles laissées au sol un peu partout par les chasseurs. Des barbelés en empêchaient l'accès, il y a encore deux ans. Et certains habitants se souviennent encore avoir été raccompagnés à la sortie par le propriétaire, l'arme à la main.

Aujourd’hui, il reste des panneaux interdisant l'accès. Mais visiblement la population a commencé à se réapproprier la forêt. Thibaut Zaleski nous sert de guide. Il est un des initiateurs de la coopérative qui se prépare. Il rêve de pouvoir acheter cette forêt et d'en faire un espace commun, éducatif et respectueux de la biodiversité. Mais il faudra rassembler 700.000 euros à coups de part de coopérative à 300 euros. Ça fait 2.300 personnes. Ou moins si certains achètent plusieurs parts.

Que faire avec cette forêt?

Thibaut Zaleski reste prudent puisqu'il faudra voir quels projets vont amener les futurs coopérateurs mais "On pourrait travailler le bois en faisant du débardage à cheval, repenser et baliser les sentiers, créer des zones d'information et d'apprentissage, les centres culturels de la région aimeraient y faire des parcours d'artiste, on pourrait aussi y faire des vergers, ..." Thibaut ne s'arrête que quand il comprend qu'il parle trop. Et ses idées semblent trop nombreuses pour son temps de parole. Des idées et des rêves mais d'abord de l'argent. Il faut rassembler 700.000 euros et le plus de coopérateurs possible. Une adresse pour les candidats : www.legrandboiscommun.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK