Châtelet : des skieurs à l'assaut du terril du Boubier

Le terril du Boubier à Châtelet fait le bonheur de certains skieurs amateurs de sensations fortes
Le terril du Boubier à Châtelet fait le bonheur de certains skieurs amateurs de sensations fortes - © rtbf

A défaut de pouvoir partir aux sports d’hiver, pourquoi ne pas aller skier sur les terrils ? A Charleroi certains fans de descente le font régulièrement et ils n’attendent pas la neige pour s’adonner à leur passion. Sur les résidus de charbon et de houille mélangés à la terre et aux cailloux, ça glisse aussi. Alexandre a déjà testé avec ses amis plusieurs descentes mais aujourd’hui, il s’attaque au terril le plus haut du bassin carolo : celui du Boubier à Châtelet : " Il faut une quinzaine de minutes pour atteindre le sommet qui culmine à 266 mètres ! C’est vraiment sympa parce qu’on a vraiment une vue sur toute la région. Par beau temps, on peut même apercevoir le Lion de Waterloo. Evidemment ça n’est pas le Mont-Blanc mais ça vaut le détour ! "

Basile Lefèvre fait aussi partie du groupe. Cet ancien champion de Belgique junior qui a fait partie de l’équipe nationale de ski adapte sa technique au relief et à la nature du terrain : " C’est un peu différent de la poudreuse. En ski normal, on dit toujours qu’il faut être sur l’avant des chaussures. Ici, c’est carrément l’inverse. On peut dire que c’est une piste rouge peut-être noire. Il faut bien ça pour prendre un peu de vitesse ! "

La descente dure une dizaine de secondes mais pour ces mordus de glisse, ce bref moment de plaisir vaut bien les longues minutes d’effort pour tout remonter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK