Chassé croisé au centre de prêt pour les mouvements de jeunesse

Toutes les tentes sont vérifiées une par une
2 images
Toutes les tentes sont vérifiées une par une - © RTBF - Hugues Van Peel

Le démontage et le pliage de tentes, c’est le passage obligé pour de nombreux scouts, guides ou patros à la fin des camps. Ils doivent rendre le matériel emprunté au centre de prêt de la Fédération Wallonie-Bruxelles à Naninne, près de Namur. Il s’agit principalement de tentes qui sont inspectées en détail avant d’être remises dans le circuit. Un travail indispensable et assez physique.

Pour les scouts, la fin des camps n’est pas forcément de tout repos. Les tentes empruntées à Naninne doivent être dépliées une par une pour l’inspection puis repliées, sous l’œil attentif des contrôleurs du centre de prêt comme le contremaître Dany Redivo :

"En général ça se passe bien. Ils sont un peu fatigués. Évidemment, il y a parfois des petites réticences pour ne pas ouvrir les tentes. Moi, je leur explique qu'ils ont eu les tentes en bon état donc la meilleure solution pour que les autres les aient aussi, c'est de les vérifier".

Une seule tente avec ses piquets peut peser jusqu’à 135 kilos. Il faut s’y mettre à plusieurs pour les manipuler. Robin, du patro de Gilly trouve le travail assez pénible :

"Nous ne sommes que quatre. On a beaucoup de tentes et c'est lourd. Jusqu'à présent, nous n'avons pas découvert de trous dans les tentes et elle sont bien repliées".

Mais tout le monde n’a malheureusement pas cette chance… Guillaume, du patro de Gesves : "Il nous manque un sachet entier de sardines, des piquets pour attacher les tentes et on n'a aucune idée de l'endroit où ils se trouvent. On risque donc de payer la facture".

Toile déchirée, piquets tordus ou perdus, le camp s’achève parfois sur une fausse note mais globalement, le matériel est rendu en bon état. Le centre de prêt possède environ 2000 tentes qu’il doit maintenir en ordre tout au long de l’année.

Hugues Van Peel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK