Charleroi vu par un Danois au Musée de la Photographie

Jens Olof Lasthein pose devant ses oeuvres au Musée de la Photographie de Charleroi
Jens Olof Lasthein pose devant ses oeuvres au Musée de la Photographie de Charleroi - © rtbf.be

Charleroi, c'est tout simplement le titre d'une nouvelle exposition proposée en ce moment par le musée de la photographie de Mont-sur-Marchienne. Comme il l'a déjà fait quelques fois par le passé, le Musée a invité un photographe étranger, ici le Danois Jens Olof Lasthein, à prendre le temps de photographier la ville et ses habitants avec son point de vue d'artiste.

Le résultat de ce travail, ce sont des photos dures et âpres qui montrent à la fois la misère sociale de Charleroi mais aussi son déclin industriel. Jens Olof Lasthein se dit " conscient qu'il y a une grande tristesse dans ces photos parce que c'est la fin d'une période, un déclin. Mais c'est un constat à faire dans plusieurs endroits et pas seulement à Charleroi. Nous sommes dans une période de transition. Mais il y a un esprit spécial à Charleroi qui vient de cette époque où l'industrie fonctionnait et il y a une atmosphère très tolérante. C'est chaleureux, ouvert et amical. On rencontre des Marocains, des Tunisiens, des Belges, des Turcs, des Français, des  Polonais, des Grecs, des Italiens, des Espagnols et chacun peut parler ! Je n'avais jamais expérimenté ça en Europe de l'Ouest. Je veux dire : il y a plein d'endroits avec des mélanges de ce genre mais, ici, j'ai expérimenté autre chose. Les groupes se mélangent bien et je pense que ça vient de cette période industrielle où les gens avaient l'habitude de travailler ensemble et ils habitent ici depuis plusieurs générations. Et ça c'est positif pour le futur car la véritable richesse est dans les capacités humaines. Avec le coeur et, ici, vous avez un véritable capital d'humanité ! ".

L'exposition est accessible jusqu'au 15 septembre 2013 au Musée de la Photographie de Mont-sur-Marchienne. Infos supplémentaires sur le site internet du musée en cliquant ICI.

Christine Borowiak, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK