Charleroi va réglementer la mendicité

Illustration
Illustration - © Belga - Jorge Dirkx

Commerçants et riverains se plaignent régulièrement de la présence de ceux qui font la manche en ville. Les "mancheurs", comme on a décidé de les appeler à Charleroi, ne pourront désormais plus solliciter les passants que dans certains quartiers et ce en fonction des jours.

La mendicité à Charleroi n'est pas un phénomène plus massif que dans d'autres grandes villes. Quelque 200 " mancheurs " ont été dénombrés sur une année. Mais, dans les rues commerçantes du centre-ville en journée et en face des lieux de spectacles en soirée, ceux qui font la manche se montrent parfois insistants.

Le règlement communal plaçait déjà des balises comme l’interdiction de la  mendicité organisée ainsi que celle des enfants par exemple. Il a donc été complété. Désormais les quartiers sont priés de se partager l'aumône. La mendicité sera donc autorisée de 8 à 18 heures le lundi à Charleroi, le mardi à Gilly et Marcinelle, le mercredi à Marchienne-au-Pont et Monceau-sur-Sambre, le jeudi à Montignies-sur-Sambre et Mont-sur-Marchienne, le vendredi à Gosselies et Jumet et le samedi à Couillet. La mendicité ne sera pas autorisée le dimanche. La police sera chargée de contrôler le respect de ce règlement. En cas d'infraction, la recette du "mancheur" sera saisie et, en cas de récidive, il fera l'objet dune arrestation administrative d'un maximum de dix heures.

Ce nouveau règlement sera d'application à partir du 15 septembre prochain. D'ici là, les services sociaux et la police informeront et discuteront avec ceux qui, dans la rue, font la manche.

L’objectif avoué est d’encadrer et d’alléger un phénomène qu'on ne peut interdire en Belgique car la mendicité n'y est pas un délit.

Alain Vaessen, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK