Charleroi: une enquête de Vie Féminine sur le sexisme présentée à l'Eden

98% des femmes qui ont répondu à l’enquête ont déjà été victimes de comportements sexistes
98% des femmes qui ont répondu à l’enquête ont déjà été victimes de comportements sexistes - © Belga

98 % des femmes ont déjà été victimes de sexisme dans l’espace public. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par l’asbl Vie Féminine en Fédération Wallonie-Bruxelles. Plus de 400 jeunes femmes y ont répondu dont une soixantaine à Charleroi.

" Un comportement sexiste dans un espace public peut prendre plusieurs formes, explique Laetitia Genin, la coordinatrice nationale de Vie Féminine. Ça peut être une insulte, une main aux fesses ou le fait d’être suivie dans la rue par exemple. "

Le législateur a pris le problème très au sérieux puisqu’une loi sanctionnant les comportements sexistes est entrée en application en 2014. Les plaintes sont toutefois très rares selon Coralie Marr, substitute au parquet de Charleroi : " C’est en fait une loi qui s’inscrit dans le prolongement de la loi sur la discrimination mais on a ajouté aux critères de race et de religion, le critère du sexe. Chaque fois qu’une personne vient déposer plainte, il y a une écoute mais après, ça se complique parce qu’il faut identifier les auteurs et vérifier si il y a suffisamment d’éléments de preuve parce que bien souvent c’est la parole de la victime contre celle de l’auteur."

A côté de l’aspect purement répressif, il faut aussi mener des actions de prévention, de sensibilisation et former les acteurs de terrain comme les policiers qui entendent les victimes ou le personnel de la SNCB ou des TEC qui sont parfois confrontés à des comportements sexistes visant des passagères.

Cette enquête menée par Vie Féminine va servir de point de départ à une série de discussions et de débats programmés dans plusieurs grandes villes wallonnes et à Bruxelles. A Charleroi, le rendez-vous est fixé le 24 octobre en matinée dans les locaux de Vie Féminine rue de Montigny.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK