Charleroi : Une dizaine de brûlés à L'IMTR à cause du soleil

Charleroi : Une dizaine de brulés à L'IMTR à cause du soleil
Charleroi : Une dizaine de brulés à L'IMTR à cause du soleil - © Tous droits réservés

Une dizaine de patients se sont présentés ces dernières semaines au centre des grands brûles de Loverval. Des brûlures sérieuses au deuxième degré. Ils sont arrivés le visage grimaçant et la peau pleine de cloques. Ces brûlures sont extrêmement douloureuses et demandent une intervention médicale spécialisée.

Nadine Hans fait partie de l’équipe de chirurgiens qui a accueilli ces patients. "Il y a eu ces jeunes scouts par exemple qui jouaient dans l’eau et qui n’ont pas senti les brûlures. La réflexion du soleil sur l’eau a encore aggravé leur exposition. Pareil pour un pêcheur qui est arrivé ici avec 10% du corps brûle au 2e degré. Là aussi c’est l’eau qui a aggravé les choses."

Problème principal rencontré ici : les patients qui ne mettent la crème qu’une fois. Il faut évidemment l’appliquer régulièrement. Autre problème,
Pierre-Paul Roquet-Gravy est dermatologue. Il doit souvent lutter contre des préjugés. "Beaucoup de gens pensent encore qu’il faut que la peau rougisse avant de brunir. C’est totalement faux. Donc inutile de se laisser brûler."

De plus en plus de brûlés

10 brûlés par le soleil depuis juin c’est un chiffre assez important. "Et ce type de brûlures et plus largement les mélanomes, les cancers de la peau ont tendance à se multiplier. Les loisirs en extérieur sont plus nombreux qu’avant. On part aussi plusieurs fois en vacances sur l’année. Et à chaque fois, on s’expose. Tout ça s’accumule et trace la route vers des problèmes importants après des années."

Autre idée reçue, le fantasme du beau bronzage, comme dans les films, fait aussi des dégâts. Et à l’IMTR, les médecins le martèlent : on peut bronzer même avec une crème solaire. On bronze même mieux si la peau n’est pas brûlée.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK