Charleroi : un nouveau centre de testing s'ouvre ce mercredi sur le site de Caterpillar

Dès ce mercredi, il sera possible de faire un test Covid sur l’ancien site de Caterpillar à Gosselies. Les tests auront lieu de 10 h à 13 h et de 17 h à 19 h, du lundi au vendredi. Ils se feront uniquement sur rendez-vous et ne seront accessibles qu’aux personnes munies d’une prescription. Entre 120 et 150 tests pourront être effectués quotidiennement ; l’objectif est de désengorger les autres centres de la région actuellement débordés.

Le docteur Felgueroso coordonne le centre de test de Fontaine-l’Evêque : " C’est clair que nous arrivons à la limite de nos capacités. Nous devons chaque fois faire  face à un afflux quand il y a de nouvelles décisions en Belgique mais aussi à l’étranger. Nous avons par exemple eu une hausse des demandes quand l’Italie a imposé de réaliser des tests pour se rendre sur son territoire."

 

En région carolo, Il n’est désormais pas rare de devoir attendre trois jours avant de pouvoir être testé et ensuite compter le même délai pour avoir le résultat. " C’est absurde, s’insurge le docteur Pierre Bets, porte-parole de la Fédération des généralistes carolos (FAGC). Quand il y a un doute, vous devez rester confiner sept jours. Le calcul est vite fait. Généralement la personne apprend donc qu’elle est positive une semaine après qu’on lui ait demandé de passer le test. Ça ne sert plus à rien sauf si on a un tracing efficace mais ca n'est pas le cas. Si la personne qui a contracté le virus n’a pas de symptôme, elle peut d’ailleurs retourner travailler ! Et nous n’en sommes qu’au début. Il faudra bientôt mettre en place des centres de tri pour gérer les malades. On sent clairement qu’on va être appelé sur tous les fronts alors que l’élastique est déjà tendu au maximum. "

D’une région à l’autre, la situation peut légèrement différer. A l’hôpital de Chimay par exemple, elle est compliquée mais gérable. Mais le directeur Thierry Boxus s’attend à aussi des semaines difficiles. Il pointe par ailleurs un autre problème : de plus en plus de généralistes se détournent de la plateforme fédérale pour l’analyse des tests. Les médecins dénoncent bien souvent des problèmes administratifs et des délais beaucoup trop longs pour obtenir les résultats. Ceux–ci préfèrent alors s’adresser aux mêmes laboratoires que ceux sollicités par les hôpitaux ce qui peut créer des engorgements.

Dans ce contexte compliqué, il faut sans cesse faire évoluer le dispositif. A Charleroi, Marie Curie vient ainsi d’acquérir une machine qui permettra de doubler le nombre d’analyses.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK