Charleroi : seules deux piscines ouvriront leurs portes cet été

Pour nager cet été à Charleroi, deux possibilités : ce sera Marchienne ou Gilly.
Pour nager cet été à Charleroi, deux possibilités : ce sera Marchienne ou Gilly. - © Flickr – Rubber Dragon

Cet été, les nageurs carolos devront encore faire preuve de patience et d'indulgence. Seules deux piscines seront ouvertes au grand public. Celles de l'Hélios, de Gosselies et la piscine en plein air du centre de délassement de Marcinelle sont toutes en travaux.

Pour nager cet été à Charleroi, deux possibilités seulement s’offrent à vous : ce sera Marchienne ou Gilly. La piscine de Montignies-sur-Sambre, elle, accueillera uniquement les enfants des plaines de jeux.

Pour le reste, la piscine de Gosselies est fermée pour travaux. Quant à l'Hélios, elle pourrait – enfin – rouvrir mais, au mieux, à la fin des vacances. "On envisage son ouverture dès fin août, début septembre, déclare Ingrid Colicis (échevine des Sports). On est très content. La piscine est remplie, elle fonctionne. Il y a encore quelques petites imperfections techniques mais on est assez impatient de l’ouvrir."

Autre piscine fermée, celle du CSD. La piscine en plein air du centre de délassement de Marcinelle, par beau temps, ne désemplit pas. Mais cette année, elle subit un lifting complet et sera fermée tout l'été. "Oui, elle sera fermée mais c’est pour y faire de grands travaux sur l’infrastructure afin de rénover les plages, la piscine, retirer le toboggan, changer le système des jeux, des filtres… Lorsque nous aurons terminé, nous aurons une très belle piscine."

Bref, une dernière année de transition pour les nageurs carolos qui devront attendre 2013 pour profiter en été de deux de leurs plus belles piscines. "Les belles heures des nageurs carolos, c’est l’Hélios car ce sera vraiment un piscine sportive, conclut Ingrid Colicis. Quant aux belles heures des vacanciers, c’est le CSD. Encore un an de patience et puis tout ira beaucoup mieux !"

Hugues Decaluwé

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK