Charleroi: on a parlé de l'avenir du Sporting lors du conseil communal

Onur Kaya, l'un des Zèbres qui a affronté Eupen lors des play-offs 3.
Onur Kaya, l'un des Zèbres qui a affronté Eupen lors des play-offs 3. - © Belga

Le conseiller cdH Christian de Bast s'est fait le porte-parole des inquiétudes concernant le club qui vient de basculer de D1 en D2. Et c'est l'échevine des Sports, Ingrid Colicis, qui lui a donné la réplique, dans une réponse qui confirme que la Ville marche sur des œufs dans ce dossier.

L'échevine a rencontré des responsables du Sporting. "Il me semble qu'ils reconnaissent, dit-elle, leur échec dans la gestion sportive" du club. Mais elle rappelle aussi à ceux qui voudraient que la Ville se montre plus volontaire que la marge de manœuvre est étroite : le Sporting est une Société anonyme, privée, détentrice du matricule du club. Il s'agit donc d'entretenir des relations... qui tiennent compte de cette situation.

La convention qui lie la Ville au club est d'ailleurs dans les mains d'un avocat spécialisé. Elle est à revoir, mais il faut d'abord s'assurer de l'un ou l'autre point délicat.

L'échevine carolo veut toutefois croire que les choses prennent une bonne tournure. L'école des jeunes du Sporting sera ainsi privilégiée. Les installations seront améliorées, un nouveau terrain synthétique installé, le staff renforcé. ''Il faut laisser un peu de temps, dit Ingrid Colicis, pour construire avec le club un nouveau projet''.

Et elle termine sur deux balises. Premièrement : un éventuel rapprochement entre le Sporting et l'Olympic n'est pas à l'ordre du jour. Et deux : oui, un nouveau stade à la Porte des Sports, à Marchienne-au-Pont, reste bien à l'ordre du jour.

 

Alain Vaessen, Xavier Van Oppens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK