Charleroi : les tours Apollo et Wauters auraient dû être vides ce vendredi

L'immeuble Apollo à Charleroi Nord
L'immeuble Apollo à Charleroi Nord - © rtbf.be

L'une des deux tours de logements sociaux devrait être vide depuis deux mois et l'autre devait l'être ce vendredi. Pourtant les tours Apollo et Wauters, dans le nord de Charleroi, sont toujours habitées par une poignée de locataires.

Si ces immeubles, qui appartiennent à la Carolorégienne, doivent être vides c’est parce qu’ils seront bientôt détruits en raison de leur vétusté et de leur dangerosité.  Mais le fait de vider les deux tours impliquait de reloger les 220 ménages qui y habitaient.

Du côté d'Apollo, ça devait être fait pour le 1er décembre dernier. Mais, cinq appartements sont toujours occupés par des locataires qui ne se sont pas vu proposer de logement de remplacement. La Carolorégienne avait pourtant promis de reloger tout le monde. Mais il semble que cinq familles, décrites comme problématiques, n’ont pas reçu l’aval des responsables de la société de logements sociaux et ont donc été exclues du processus de relogement. Aujourd’hui, la Carolorégienne estime avoir laissé suffisamment de temps aux cinq familles pour se retourner et s’organiser en conséquence. Quatre  d'entre elles ont d'ailleurs retrouvé un logement par elles-mêmes. Il ne reste donc qu'une famille problématique qui risque bien de se faire expulser dans les prochains jours puisque c’est ce 1er février 2013 qu’arrive à échéance l'arrêté d'inhabitabilité pris par le bourgmestre.

La société n'en aura pas pour autant fini avec les grandes transhumances puisque, à quelques pas de la Tour Appolo, cinq immeubles de la rue Wauters doivent aussi être détruits en raison de leur dangerosité. Et, ici aussi, tout aurait dû être vide ce vendredi. Et ce n’est pas le cas puisque, sur les 60 ménages présents rue Wauters, 30 se sont déjà vu proposer un autre logement et quinze déménagements ont déjà eu lieu.

Jérôme Durant, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK