Charleroi : le PS sera-t-il réceptif aux doléances du PTB ?

Sofie Merckx et Paul Magnette se voient ce jeudi.
Sofie Merckx et Paul Magnette se voient ce jeudi. - © Tous droits réservés

Ce jeudi, le PTB rencontre le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette ; la réunion est prévue à 15h. Le parti d’extrême gauche a le vent en poupe. Il est devenu la deuxième force de la ville : Paul Magnette ne peut pas le nier et il est ouvert à la discussion. En plus avec 26 conseillers sur 51 (quatre de moins qu’en 2012) , les socialistes ne sont dans une situation critique mais ce serait évidemment plus confortable si ils pouvaient compter aussi sur les neuf sièges du PTB.

Cela dit, Le PS a la majorité absolue ; le bourgmestre reste donc le capitaine à bord. Il  peut également s'appuyer sur Ecolo. Il n’y a donc aucune raison qu’il s’incline devant la tête de liste Sofie Merckx qui  arrivera avec ses exigences et non des moindres : elle veut que le PS assume une rupture avec ce qui s’est fait jusqu’ici. Elle ne veut par exemple plus du projet Charleroi DC (Charleroi District Créatif) qui prévoit notamment un palais des expositions moderne, un nouveau centre de congrès et un palais des beaux-arts rénové. L’extrême gauche estime que dans ce dossier, la ville est à la botte des promoteurs immobiliers et qu’il faut que ces millions reviennent au peuple. Ce serait étonnant que Paul Magnette aille dans leur sens sachant en plus que ces investissements sont largement subsidiés. Et même en cas d'accord, la question serait de savoir quel échevinat serait confié au PTB. Si Sofie Merckx entre dans le Collège, elle ne voudra pas faire de la figuration et surtout elle ne peut pas prendre le risque de décevoir sachant que son parti doit maintenir sa popularité en vue du scrutin régional de l’année prochaine. C’est bien connu dans ces cas-là, le plus confortable est de prendre sa cape de Zorro et de rester dans l’opposition.

Archive : JT 15/10/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK