Charleroi: le manager de gestion a terminé sa mission de deux ans

Hôtel de ville de Charleroi
Hôtel de ville de Charleroi - © Belga - denis Dupont VDB

A Charleroi, le manager de gestion a participé aujourd'hui à son dernier collège communal. Pour Christophe Ernotte, c'est la fin d'une mission de deux ans. Il avait été désigné par la Région wallonne pour tenter d'arrondir les angles entre la ville et l'administration wallonne. Le tout dans un contexte très particulier.

En 2010, la Région wallonne consentait un prêt exceptionnel de 75 millions d'euros à la métropole wallonne. En contrepartie, la ville devait adopter un plan de gestion balisant de manière stricte ce qu'elle pouvait faire avec cet argent. Mais voilà : les relations entre autorités communales et administration wallonne étaient très tendues. D'où cette décision inédite de la région de nommer un manager de gestion chargé de rétablir la confiance.

Quand Christophe Ernotte investit son petit bureau de l'hôtel de ville, Charleroi est au bord de la faillite. Les problèmes financiers sont doublés d'une instabilité politique érigée en règle. En deux ans, le manager de gestion a connu quatre bourgmestres et trois secrétaires communaux.

Conséquence : les relations entre membres du collège sont mauvaises, tout comme celles entre le collège et le Crac, le bras armé de la région wallonne en matière de finances locales.

Après deux ans, la Ville possède maintenant une trajectoire budgétaire arrêtée sur laquelle tout le monde est d’accord en ce compris le gouvernement wallon. Et cette trajectoire annonce le retour structurel à l’équilibre financier à partir de 2015. Pour ce faire, il faudra encore mettre en œuvre des mesures qui sont déjà décidées. Pour Christophe Ernotte : " La ville sait ce qu’elle a à faire pour revenir à cet équilibre et aussi pour améliorer le service rendu aux citoyens. Les défis qui attendent Charleroi sont énormes mais comme la ville sait ce qu’elle a à faire, ça ne pourra qu’aller mieux dans l’avenir. "

Jérôme Durant, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK