Charleroi : la toile de Camus prisonnière des travaux est sauvée

La fameuse toile de Camus
2 images
La fameuse toile de Camus - © Frédéric Binard

La peinture qui ornait les anciens bâtiments de la RTBF Charleroi au Passage de la Bourse est sauvée. Ce sont des spécialistes bénévoles qui ont travaillé pendant une dizaine de jours pour sauver et récupérer l'oeuvre qui était collée sur un mur destiné à être abattu dans le cadre du projet "Rive gauche".

L’immense peinture figurait sur un mur de six mètres sur trois environ. C'était une œuvre commandée à l'artiste Gustave Camus il y a un peu plus de cinquante ans par la Ville de Charleroi. Gustave Camus est né à Châtelet en 1914, et est décédé à Mons en 1984. Artiste de la région, il possédait une forte personnalité qui avait un impact direct sur la vie artistique des peintres hennuyers.

Histoire rocambolesque

Il y a quelques années, pour les besoins de la construction du centre commercial "Rive gauche", la Ville a vendu le bâtiment sans trop se préoccuper de cette oeuvre qui lui appartenait.
Le promoteur du projet architectural a estimé que l'oeuvre, longtemps imaginée comme une fresque peinte directement sur le mur, n'était pas sans valeur mais que son sauvetage était hors de prix. Un expert aurait même estimé l'opération à un coût de 300 000 euros. C’est alors que le promoteur a autorisé les spécialistes de la Société Royale d’Archéologie de Charleroi à s’intéresser de plus près à l’œuvre d’art.

Une fois le nez sur la peinture, à six mètres de haut, ils ont découvert qu'il s'agissait d'un marouflage, c’est-à-dire une toile peinte à l'acrylique qu'il fallait patiemment et prudemment décoller du mur pour la récupérer complètement.

L'expert désigné auparavant s'était bel et bien trompé !

L'oeuvre est sauvée

La société d'archéologie, des peintres des beaux- arts et des restaurateurs professionnels ont donc retroussé leurs manches pour décoller et récupérer la toile.

L'oeuvre appartient désormais à la Société Royale d'Archéologie et elle sera restaurée avant d’être probablement exposée à nouveau… si on lui trouve un mur digne de ce nom quelque part dans la ville !

Voici donc une histoire qui finit bien mais qui soulève tout de même la question de la gestion du patrimoine culturel à la Ville de Charleroi, le dossier Camus expliquant qu'il s'agissait d'une toile et non d'une fresque est sans doute bien empoussiéré, quelque part dans une cave ou dans un tiroir... Loin en tous cas de ce feuilleton qui a pris des mois...

Pour les amateurs de Gustave Camus, sachez que, à l'occasion du centième anniversaire de la naissance de l'artiste, une exposition est en cours, à Châtelet et qu’elle est accessible jusqu'au 29 juin.

Luciano Arcangeli

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK