Charleroi: la démolition et le remblayage des parcovilles a débuté

L’intérieur d’un parcoville, où l’on voit un plateau hydraulique charger la voiture et la "garer" dans l’une des niches prévues.
L’intérieur d’un parcoville, où l’on voit un plateau hydraulique charger la voiture et la "garer" dans l’une des niches prévues. - © RTBF

Et c'est donc la fin d’une expérience originale. Ces parcovilles avaient été installés dans les années 90. Ils ont fonctionné un temps mais les Carolos ne les ont jamais vraiment utilisés. Petit retour sur une histoire qui aurait pu marcher…

L'idée venait de France, elle ne paraissait pas stupide : les premiers et seuls parcovilles jamais implantés en Belgique avaient été installés à Charleroi en 1991.

Un parcoville : un silo circulaire de 13 mètres de profondeur, des niches aménagées sur le pourtour pour y accueillir les véhicules, et un plateau hydraulique entièrement automatisé qui prend en charge votre voiture, la descend, la range, la reprend et vous la rend quand vous la demandez.

On pouvait y voir des avantages : l'espace exploité souterrain, ça ne prend pas de place ; la sécurité : pas de vol, pas de vandalisme à craindre.

Mais ça n'a jamais vraiment fonctionné. Trop nouveau peut-être, mal expliqué, objet de rumeur (voitures pas rendues, voitures abîmées)... Dès 1999, la société qui les gérait était tombée en faillite. Un repreneur avait échoué en 2004, la Ville à ce moment-là hérite du tout, ne sait qu'en faire, et décide finalement d'en rester là.
Depuis mardi, on travaille : on va raser les pavillons d'accès, combler les silos, couvrir le tout d'une dalle.

En France, une ville pourtant poursuit l’expérience, vaille que vaille : Cluses en Haute-Savoie. Toulouse par contre, a également renoncé.

Alain Vaessen

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK