Charleroi: fin des poursuites envers les ex-gestionnaires de la Carolorégienne

Les locaux de la Sambrienne, au Boulevard Bertrand à Charleroi, sont ceux de l'ex-Carolorégienne
Les locaux de la Sambrienne, au Boulevard Bertrand à Charleroi, sont ceux de l'ex-Carolorégienne - © Google Street View

La nouvelle société de logements sociaux, La Sambrienne, a décidé de tourner la page du scandale de l’ex-société La Carolorégienne. Les représentants socialistes du conseil d’administration de La Sambrienne ont en effet décidé d'arrêter la procédure et refusent ainsi d'obtenir, notamment, d'éventuels dommages et intérêts dix ans après l'éclatement du scandale.

Pour certains, c’est peut-être à nouveau un sentiment d’impunité qui va transpirer de cette décision. Mais les gestionnaires de la Sambrienne - en tous cas les administrateurs PS de la société - semblent convaincus que c’est une résolution pleine de bon sens. Il faut d’emblée préciser, à ce stade, que, seuls les administrateurs PS ont voté pour cet abandon des poursuites : les représentants du MR, d’Ecolo et d’une partie du CDH se sont, eux, opposés à cette décision.

Pour le président de la Sambrienne, Hicham Imane, " Les principaux protagonistes ont écopé de lourdes peines en correctionnelle et la plupart son insolvables. Il ne sert donc plus a rien de continuer la procédure qui coute très cher. Les honoraire d'avocats s'élèvent déjà à 500 000 euros pour la Sambrienne. Une somme qui représente trois constructions neuves ou plusieurs rénovations de logement. "

Les anciens mandataires socialistes, au coeur du scandale de La Carolorégienne, qui ont été condamnés au pénal, ne devront donc pas rembourser les sommes détournées ou perçues illégalement. C’est donc une ardoise de 18 millions d'euros qui est effacée.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK