Charleroi : en plein confinement, des gens du voyage s'installent sur un terrain communal

Image prétexte
Image prétexte - © Belga - Luc Claessen

Depuis quelques jours, des gens du voyage occupent en toute illégalité un terrain appartenant à la ville de Charleroi et situé rue du Moulin à Couillet. Le campement est composé d’une quinzaine de caravanes. Il y a un peu plus d’un an, ce lieu avait déjà été occupé à deux reprises par un autre groupe itinérant dans le cadre d’une expérience pilote réalisée en collaboration avec les autorités carolos. Mais cette fois-ci, aucune autorisation n’a été demandée. En temps normal, une expulsion serait envisageable. Mais en cette période de confinement, la Région wallonne recommande aux villes et communes qui seraient confrontées à la situation de ne pas procéder à des évacuations forcées.

Si les gens du voyage installés à Couillet dégradent le terrain ou font preuve d’incivisme, la ville se réserve malgré tout le droit d’intervenir et d’imposer qu’ils quittent les lieux. Mais en attendant, il faut gérer la situation notamment sur le plan sanitaire.

" Nous avons rappelé aux responsables de la communauté, qu’ils devaient impérativement, comme tout citoyen belge respecter les mesures de confinement, explique Sabah Gahouchi qui suit le dossier pour la ville de Charleroi. . Ils doivent donc respecter la distanciation sociale et uniquement se déplacer en cas de nécessité. Il n’est pas question par exemple qu’ils aillent rendre visite à des proches en France d’où certains sont originaires : nous devons tout mettre en place pour préserver la santé de ces familles et des riverains ! "

Ce groupe d’une trentaine de personnes envisagerait de rester à Couillet une quinzaine de jours. Durant leur séjour, les autorités communales suivront la situation de près en effectuant des visites quotidiennes.

Depuis des années, la ville de Charleroi réfléchit à l’aménagement d'un terrain permanent pour les gens du voyage. Un lieu a été trouvé à Gosselies mais des études de faisabilité sont encore en cours. Le projet aboutira au plus tôt l’année prochaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK