Charleroi: détournement d'argent à Versant Est

Un nouveau scandale dans les logements sociaux à Charleroi: le directeur-gérant de la société Versant Est a avoué avoir détourné de l'argent pour un montant de près de 30 000 euros. Il a agi par le biais de factures gonflées, mais aussi en puisant directement dans la caisse de la société.

Cest un coup de tonnerre et une surprise totale pour le conseil d'administration et pour tous ceux qui connaissent l'homme, à la réputation excellente. C'est en fait par le biais d'un contrôle fiscal effectué l'année dernière que les ennuis sont arrivés: les contrôleurs ont découvert des factures étranges. Les faits ont été dénoncés à la police et des perquisitions ont été menées chez Versant Est. Et les limiers ont découvert le pot aux roses.

Eric Van Roozendael, le directeur-gérant, avait durant plusieurs années manipulé les chiffres de la société afin de puiser dans la caisse. Il avait notamment gonflé les factures d'achat de cadeaux de fin d'année: il achetait chez un maroquinier de luxe des foulards, sacs et autres mallettes qu'il offrait aux membres du conseil dadministration et aux cadres de la société, tout en faisant gonfler le montant de la facture.

Entre 2002 et 2005, il aurait ainsi empoché au total près de 30 000 euros. "J'ai vécu au-dessus de mes moyens", a-t-il simplement expliqué aux enquêteurs.

Les faits se sont produits alors que le conseil d'administration était autrement composé, sur base de la composition de l'époque, à majorité socialiste homogène, du conseil communal de Charleroi. Mais la surprise est totale pour les membres du nouveau conseil d'administration. L'homme gérait correctement la société, il est d'ailleurs le président de l'Association wallonne du logement.

Eric Van Roozendael a remis sa démission. Un conseil d'administration extraordinaire se déroule ce jeudi soir; il devrait confirmer le départ avec effet immédiat du directeur-gérant. Il restera ensuite à voir qui savait quoi: car, du comptable au réviseur d'entreprise et au commissaire de la Société wallonne du logement de l'époque, personne n'avait tiré la sonnette d'alarme. Le parquet a confirmé que l'affaire, qui était à l'information, allait passer à l'instruction, puisque l'homme est en aveux.

Versant Est gère 1 637 logements sociaux, répartis sur les communes de Gilly et de Montignies-sur-Sambre.

(C. Borowiak avec Belga) 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK