Charleroi : des policiers poursuivis pour l'éloignement d'illégaux

La salle d'audience du tribunal correctionnel de Charleroi
La salle d'audience du tribunal correctionnel de Charleroi - © rtbf.be

Le tribunal correctionnel de Charleroi a entendu ce lundi les plaidoiries dans un dossier concernant trois policiers de Charleroi. Ces derniers sont poursuivis pour avoir procédé à des éloignements d'illégaux. Les prévenus sollicitent soit leur acquittement, soit la suspension du prononcé.

En février 2010, Lionel B et Mohamed T., deux policiers locaux de Charleroi, interpellaient un illégal pour l'emmener dans un bois de Gosselies afin de l'éloigner temporairement de Charleroi.

L'intéressé avait déposé plainte le lendemain, expliquant avoir subi des coups, un simulacre d'exécution et s'être fait voler son portefeuille et son GSM. Ces faits ont valu aux deux inspecteurs d'être incarcérés pour vol avec violence, coups, détention arbitraire et xénophobie.

Ce lundi, Me Bouchat, qui défend Lionel B., a rappelé que ces "éloignements" étaient courants dans toutes les polices du Royaume, aucune solution n'étant apportée au problème des "blédards". Selon lui, les policiers ont agi "comme on leur avait appris". Trois commissaires ont d'ailleurs échappé au tribunal en acceptant la transaction du parquet. Me Bouchat a sollicité l'acquittement pour la xénophobie, les coups et le vol, les objets confisqués à l'illégal ayant été oubliés, puis jetés par les policiers. Pour le reste, l'avocat a demandé la suspension du prononcé, rappelant que les deux inspecteurs, suspendus depuis trois ans, risquaient d'être révoqués.

Me Mayence a lui plaidé l'acquittement pour Mohamed T., estimant que n'étant pas le conducteur du combi, son client n'avait pu décider de l'éloignement.

La prochaine audience de cette affaire a été fixée au 28 janvier.

Belga, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK