Charleroi: des peintures à l'huile pour immortaliser les travaux

Hermine Meunier dans son atelier à Loverval
3 images
Hermine Meunier dans son atelier à Loverval - © Sarah Heinderyckx

On savait que les travaux de la ville basse attiraient les photographes, mais on sait aujourd'hui qu'une artiste-peintre a elle aussi été séduite. Hermine Meunier habite Loverval. Cette ancienne commerçante peint depuis toujours, mais se contentait jusqu'ici des paysages de ses vacances.

Devant sa toile, Hermine Meunier est aussi minutieuse et patiente que pour ses aquarelles. Depuis peu, elle a délaissé les paysages côtiers pour se mettre aux travaux. Elle reproduit avec de la peinture à l'huile des photos prises sur les grands chantiers du centre de Charleroi. "C'est très gai à faire ! La mer, c'est divertissant, mais tout le monde fait ça. Les travaux, c'est plus original", confie l'artiste.

Le déclic

Des premières démolitions, aux fondations du parking en passant par la destruction des colonnades, Hermine suit l'évolution des travaux depuis plusieurs mois. C'est en novembre dernier que se produit le déclic : "Un jour, je me promenais. Il ne faisait pas bon, il avait plu. Ça avait l'air triste, mais en réalité ça ne l'était pas. Il y avait des couleurs, un graphisme qui m'a séduite. J'ai eu envie de reproduire ça", raconte-t-elle.

Un chantier fascinant

Difficile d'installer son chevalet au milieu des chantiers, c'est donc son appareil photo à la main que l'artiste immortalise les scènes qui attirent son regard. "C'est sensationnel, explique Hermine sur le chantier. C'est un univers que je ne connaissais absolument pas, et je trouve ça fascinant. Toutes ces machines monstrueuses, c'est invraisemblable de voir ça."

Une artiste optimiste

Elle peint aussi ce qui est déjà fini comme les Quais de Sambre. Une façon pour elle de faire preuve d'optimisme : "Ça représente Charleroi comme elle va devenir. Très belle, très blanche, très gaie. Quand j'ai montré l'image à certaines personnes, elles m'ont demandé si c'était la mer. J'ai répondu non, c'est Charleroi".

Hermine Meunier ne souhaite pas vraiment vendre ses toiles, elle préférerait simplement pouvoir les exposer. Et partager ainsi avec les Carolos ces moments capturés de leur ville en pleine transformation.

Sarah Heinderyckx

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK