Charleroi : des gamers jouent au profit de Child Focus

Streaming caritatif au profit de Child Focus
3 images
Streaming caritatif au profit de Child Focus - © Nicolas Rondelez

Devant leur clavier et leurs écrans, ils sont une vingtaine de gamers à animer tout ce week-end un streaming caritatif. Le plus souvent, ils jouent à des jeux vidéo, diffusent et commentent leurs parties en direct sur des plateformes de streaming comme Twitch, Youtube… Chacun des joueurs présents à Charleroi ces samedi et dimanche a sa communauté. Cela va de quelques centaines de "followers" jusqu’à plusieurs centaines de milliers. Andreas Rixon à la ville, Guizy en tant que gamer, a une communauté particulièrement importante. "Je suis youtubeur, à la base. J’ai une chaîne avec plus de 360.000 abonnés. Mais en ce moment, j’anime mon compte Twitch qui rassemble 42.000 personnes. Une centaine d’entre eux me suit pour l’instant en direct". Et aujourd’hui, son public pourra le voir jouer et commenter ses parties, mais Guizy les sensibilisera aussi et les invitera aux dons pour l’association qui les rassemble tout ce week-end au Spawn Bar de Charleroi : Child focus.

Une autre image du gaming

Fort de leur communauté, les gamers ont un rôle d’influenceur. Cette notoriété peut être mise au service de noble cause. C’est Manon Loge, Manonolita, 17.399 followers sur Twitch, qui est à l’origine de cet événement : "L’idée c’est aussi de casser l’image et les préjugés autour du gamer qui reste assis sur sa chaise derrière un écran à jouer à des jeux vidéo, qui n’a pas de vie sociale, qui n’a pas d’amis, qui ne fait rien de sa vie. Au contraire l’idée, c’est de prouver que les gamers peuvent depuis leur écran faire bouger les choses en faisant ce qu’elles aiment parce que c’est vraiment considéré comme un vrai métier aujourd’hui". Et faire bouger les choses, ce week-end, c’est donc récolter des dons en faveur de Child Focus. "Je suis marraine de cette association depuis un an, poursuit Manonolita. J’avais déjà organisé un petit événement qui m’avait permis de récolter 2000 euros en 12 heures. Mais nous n’avions pas toute cette infrastructure".

Un objectif modeste

Ensemble, les gamers réunis à Charleroi espèrent récolter 20.000 euros au bout des 32 heures que durera ce streaming caritatif. Un objectif modeste et réaliste pour ce premier événement d’une telle ampleur dans notre pays. En France, ces récoltes de dons existent depuis quelques années déjà. Au mois de septembre l’événement Zevent a permis de réunir 3.510.000 euros au profit de l’Institut Pasteur en 3 jours. 400 ONG avaient contacté les organisateurs pour être choisie comme bénéficiaire des dons. Le phénomène est donc appelé à prendre de l’ampleur et est pris dorénavant très au sérieux.

Du côté de Charleroi, les gamers s’adressent à leurs followers, chacun à sa manière : "N’hésitez pas à faire des dons… 10, 20, 50 centimes… Qu’importe, mais faites le geste", encourage celui-ci. "À 500 euros, je vais jouer de l’harmonica dans le micro de Monsieur Dwight, ici à côté. À 600 euros, je vais couper une mèche de cheveux d’I-Dean", promet un autre. Et que ce soit d’un côté ou de l’autre de l’écran, la sauce prend. Après un peu moins de 4 heures de ce streaming caritatif, près de 10.000 euros ont déjà été récoltés.

L’événement est à suivre sur le compte Twitch de Manonolita, la maîtresse de cérémonie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK