Charleroi: cinq ans pour le récidiviste violeur d'une fille de 14 ans

Palais de justice de Charleroi
Palais de justice de Charleroi - © Belga - Stringer

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné mardi Jean-Baptiste A. à cinq ans de prison ferme pour le viol d'une mineure de 14 ans. Le récidiviste, qui se déclare attiré par les adolescentes aisément manipulables, a commis les faits deux mois après sa libération conditionnelle.

En 2011, Jean-Baptiste A., un Carolo de 29 ans, était condamné par la cour d'appel de Mons à cinq ans de prison avec sursis pour ce qui excède les 37 premiers mois pour viols et attentats à la pudeur sur des adolescentes.

L'individu avait pour habitude de "faire les sorties d'écoles" afin d'accoster les jeunes filles et ensuite les manipuler dans le but d'abuser d'elle.

Libéré le 7 avril dernier sous conditions, dont celle de ne plus approcher de mineures, Jean-Baptiste A. a fait la connaissance d'une jeune fille de 14 ans, après deux mois seulement, et a répondu aux SMS que cette dernière lui envoyait, alors que tout contact lui était interdit.

Amoureuse de lui, l'adolescente a été attirée dans un parc où ils ont entretenu une relation sexuelle, forcée selon la victime. Lors de son interrogatoire, le prévenu a en effet déclaré "qu'il était attiré par les mineures de 15 ou 16 ans car elles sont aisément manipulables et que la loi belge est mal faite, puisqu'elle devrait autoriser les rapports sexuels dès l'âge de 14 ans".

Si le rapport de crédibilité est défavorable à la victime, qui accuse un léger retard mental, il n'en reste pas moins que celle-ci a toujours déclaré qu'elle était opposée à cette relation. A l'audience, le ministère public n'a pas hésité à qualifier le prévenu de "prédateur" et s'est appuyé sur le rapport d'expertise mentale, ainsi que l'état de récidive de l'individu, pour requérir une peine de dix ans de prison ferme.

Le tribunal correctionnel de Charleroi a estimé que le viol était bien établi et que si la victime avait continué à envoyer des SMS au prévenu après son arrestation, c'est parce qu'elle était sous son emprise.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK