Chaque jour, 6 entrepreneurs bruxellois en difficulté demandent de l'aide

En 2012, on a recensé plus de 1800 entrepreneurs bruxellois dans la tourmente.
En 2012, on a recensé plus de 1800 entrepreneurs bruxellois dans la tourmente. - © Belga

Commerçants, très petites entreprises, professions libérales, PME... On a relevé plus de 1800 entrepreneurs en difficulté en 2012 à Bruxelles. Pour s’en sortir, ils ont frappé à la porte du "Centre pour Entreprises en Difficulté", le CED. Ce centre, attaché à la chambre de commerce bruxelloise (BECI), propose un service d'accompagnement gratuit : conseils juridiques, marketing, comptables… Il fournit un bon échantillon pour observer les difficultés rencontrées par les petites entreprises bruxelloises, cette année.

Justement, les principaux problèmes rencontrés sont d’ordre financier. 88 % des entreprises qui ont demandé de l'aide sont endettées. La majorité le sont, d'ailleurs, auprès de l’État pour des retards de paiement dans les charges (salariales, par exemple).

Il y a deux raisons principales à l'endettement. Soit des problèmes de gestion, de comptabilité. Les patrons ne sont pas assez formés pour gérer leur entreprise. Soit la société n'avait pas un capital de départ suffisant. Il n'y avait pas assez d'argent en caisse pour lancer l'activité.

Jeunes et moins jeunes sont touchés, l’expérience ne protège pas de tout

On sait que les banques rechignent de plus en plus à prêter de l'argent si l'investissement est risqué. C'est une des raisons pour lesquelles les jeunes entreprises ont été fortement touchées. 29% des demandes provenaient, en 2012, d'entreprises de moins de deux ans.

Mais les difficultés ne frappent pas que les jeunes entreprises. D'après le CED, les entrepreneurs établis depuis plus de 25 ans rencontrent eux-aussi des problèmes. Il s'agit plutôt de difficultés à faire face à la concurrence quand l'environnement technologique a été fortement modifié durant les dernières années.

Prenons le cas d'un imprimeur qui s'est lancé au début des années 90. Les outils de conception et d'impression ont fortement évolué, alors qu'il n'a pas investi. Le contexte de crise actuel lui permet de rester dans ses marges mais ne lui permet plus de réaliser les investissements nécessaires. Il se retrouve en danger. Raison pour laquelle il sollicite de l’aide.

Bilan du CED

En 2012, 25 à 30 % des PME qui ont demandé conseil étaient tirées d'affaire. 15 % sont toujours en phase d'observation. Et 35 % d’entre elles ont déposé le bilan.

Sachez qu’il existe un site internet via lequel il est possible de contacter le CED (www.ced-com.be). On y trouve un formulaire à remplir pour prendre rendez-vous. Après un premier entretien, le centre redirige vers des avocats, comptables, spécialistes en marketing.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK