Chantiers autoroutiers en Brabant wallon : quel est l'impact du coronavirus sur le secteur ?

Le chantier qui vise à construire une liaison entre le parking RER et l'autoroute E-411 à la sortie 8A Louvain-la-Neuve a été interrompu en raison de la crise du coronavirus. Il ne reprendra que lundi prochain, après trois mois d'arrêt. Il est prévu de construire quatre ponts, de déplacer la piste cyclable, de rénover le pont surplombant l'autoroute, d'aménager des nouveaux quais de bus et de sécuriser les passages piétons.
3 images
Le chantier qui vise à construire une liaison entre le parking RER et l'autoroute E-411 à la sortie 8A Louvain-la-Neuve a été interrompu en raison de la crise du coronavirus. Il ne reprendra que lundi prochain, après trois mois d'arrêt. Il est prévu de construire quatre ponts, de déplacer la piste cyclable, de rénover le pont surplombant l'autoroute, d'aménager des nouveaux quais de bus et de sécuriser les passages piétons. - © Mathieu Baugniet

Les grands chantiers routiers ont pour la plupart repris en Brabant wallon. C’est le cas par exemple des travaux d’aménagement d’un giratoire au carrefour de la ferme Mont-Saint-Jean à Waterloo. Autre chantier de la Sofico à Nivelles, les réparations sur le pont surplombant le RAVeL.

Certains travaux ont dû être arrêtés pendant plusieurs semaines, d’autres n’ont toujours pas été relancés. C’est le cas de la liaison entre le parking RER et l’autoroute E-411 à la sortie 8A Louvain-la-Neuve. Il ne reprendra que lundi prochain, après trois mois d’arrêt. Enfin, la crise du coronavirus a parfois permis d’aller plus vite comme la pose d'un nouvel asphaltage sur l’E-411 entre Wavre et Louvranges (3 kms) qui a été terminé à temps grâce au confinement et au trafic fortement ralenti sur l’axe autoroutier.

Les conséquences sont donc différentes d’un chantier à l’autre. Mais globalement, il y a eu des impacts plus ou moins importants. Les délais sont souvent retardés et les chantiers seront plus longs car ils ont parfois des conséquences concrètes sur la manière de travailler : distanciation sociale entre les ouvriers, délais des sous-traitants, etc.

Une entreprise perwézienne craint des retards importants

Installée à Perwez, Viabuild Sud a repris le travail depuis quelques semaines après deux mois d’interruption. C’est le soulagement pour Sébastien Delmoitié, responsable de cette société spécialisée dans les travaux routiers : "nous retravaillons quasiment à plein effectif. Est-ce qu’il y a un impact ? Oui, évidemment notamment sur les délais".

Arrêt de travail pendant plusieurs semaines, mais les entreprises sont aussi touchées car elles doivent appliquer des mesures de sécurité. "Nous travaillons dans certains cas moins rapidement. Il s’agit d’un impact supplémentaire sur les délais des chantiers. Exemple : les ouvriers doivent se tenir à distance. Pour porter des charges ou lorsque le travail implique une proximité, tout est plus compliqué. Ces retards auront également un impact financier", conclut Sébastien Delmoitié.

Certains chantiers ont déjà enregistré deux à trois mois de retards. Le calendrier des grands travaux devrait donc être chamboulé. "Exemple, nous devions commencer une partie des travaux du contournement de Jodoigne. Mais tout a pris du retard. Nous ne savons pas quand nous pourrons commencer", explique le responsable de l’entreprise.

Travailler pendant les congés du bâtiment ?

C’est l’idée qui agite le secteur des travaux routiers. "Certains ouvriers et collaborateurs ont annulé leurs vacances cet été et sont prêts à travailler au mois de juillet. Reste à vous si les sous-traitants seront eux ouverts. Il faut encore baliser cette possibilité. Mais elle nous permettrait de rattraper un certain retard. Nous étudions comment organiser cela. Ce qui est sûr, c’est que certains chantiers le permettront, d’autres pas", détaille Sébastien Delmoitié.

"L’idée fait son chemin. Il pourrait y avoir des chantiers ouverts durant juillet, du jamais vu pour notre secteur", conclut le responsable de Viabuilt Sud à Perwez.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK