Ces petites histoires belges qui compliquent la vie

La gare de Linkebeek: un quai en Flandre, un quai à Bruxelles
La gare de Linkebeek: un quai en Flandre, un quai à Bruxelles - © Google Street View

La gare de Linkebeek, dont les quais sont à cheval sur la Région bruxelloise (Uccle) et la Flandre, est une bizarrerie belge qui prêterait à sourire si cela n’entraînait des déconvenues aux usagers qui la fréquentent.

En atteste le quotidien de Sarah, cette adolescente de Forest qui fréquente une école d’Uccle et qui pourrait aller prendre le train chaque jour juste au bout de sa rue "et se rendre à l’école en un quart d’heure", explique sa maman.

Mais faute de pouvoir voyager en train avec l'abonnement MTB en dehors des limites de la Région bruxelloise (l'abonnement qui permet de prendre indifféremment la STIB, les bus DeLijn et le train à Bruxelles), Sarah passe une heure et demie dans les transports en commun de la STIB chaque soir, parce qu'il n'y a pas de bus direct. " Pour le MTB, c’est 90 euros, mais ces quelques petits mètres en dehors de la Région font que je devrais rajouter 145 euros pour l'abonnement de train d’une année scolaire. Là, ça commence vraiment à être onéreux ", poursuit la maman de Sarah. D'autres élèves de cette école uccloise renoncent ainsi à prendre le train et à profiter d'un trajet direct.

Une situation que dénonce le député Bruxellois Défi Emmanuel de Bock. Il relaye ces plaintes au parlement bruxellois et demande une solution au ministre bruxellois Pascal Smet (sp.a) et au ministre fédéral en charge du rail François Bellot (MR) : que cette gare flamande soit incluse dans la zone liée à Bruxelles. "On se plaint que les gens viennent en voiture et finalement, on fait tout pour les décourager financièrement de prendre le train, explique Emmanuel De Bock, c’est assez aberrant".

Vous avez une histoire belge à nous raconter? Envoyez-nous un mail à infos@rtbf.be.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK