Certains Auderghemois pratiquent le troc, version moderne

Le Système d'Echange Local s'organise sous forme de bon, échangeable contre un service
Le Système d'Echange Local s'organise sous forme de bon, échangeable contre un service - © SEL Auderghem

Le Système d'Echange Local (SEL) a de plus en plus de succès. Son principe est le suivant: Philippe tond la pelouse d'Irma, Irma ponce le meuble de Roger et Roger apprend l'anglais à Brigitte. A Auderghem, les riverains utilisent ce système d’échange.

Le système est simple. Les Auderghemois intéressés par l'échange de services s'inscrivent au SEL. Ils ont alors accès à la liste de services proposés par les autres membres du système. Chacun peut aussi être sollicité en fonction de ses compétences, par e-mail ou par téléphone. Christiane Maegerman, coordinatrice, explique: "C’est une forme de troc, mais moderne. C’est une monnaie fictive qui s’appelle, dans notre cas, SEL Auderghem La Lavande. C’est cher à la commune d’Auderghem." Cette monnaie virtuelle n'a pas de valeur marchande. Il s'agit de simples bons d'échange qui permettent aux membres d'évaluer la quantité des échanges et d'éviter d'éventuels abus.

Pour les membres, ce système constitue une alternative économique et sociale, qui remet de l'humanité dans une société devenue individualiste. "J’ai eu un cours de chinois avec quelqu’un, témoigne Teresa Lagerval, une adhérente. J’étais à Auderghem, mais j’étais en Chine! Moi, je lui ai fait découvrir ma culture. Ca, on ne l’a pas forcément avec quelqu’un qui va vous donner un cours de chinois en bonne et due forme, à 30 euros de l’heure. Souvent, quand l’heure est finie, on vous dit: «Merci, aurevoir.»"

Inspirée du modèle canadien, cette formule se développe dans de nombreuses communes du pays et même bien au-delà.

Jean-Claude Hennuy – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK