Centre Fedasil de Jumet : des tentes installées en urgence

Le centre Fedasil de Charleroi
Le centre Fedasil de Charleroi - © Tous droits réservés

Les 170 places d’accueil du centre Fedasil de Charleroi à Jumet ne suffisent plus. Des tentes de l’armée sont installées pour pouvoir accueillir tout le monde. Ces tentes, c’est 36 places supplémentaires qui viennent en complément des 170 places du centre.

La Belgique fait face à une augmentation d’afflux de réfugiés. Et ces dernières années, le gouvernement et plus précisément Théo Francken, l’ancien secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration ont décidé, ensemble, de réduire la capacité d’accueil des centres. Les places de réserve qui existaient pour absorber les pics d’arrivée de demandeurs d’asile ont également été supprimées. "Du coup les centres Fedasil doivent se tourner vers ces solutions de fortune, explique Fabian Delobbe, le directeur du Centre. Nous ne sommes pas les seuls à devoir installer ces tentes. Et c’est une situation difficile à gérer pour nos équipes dont la charge de travail, émotionnellement souvent difficile, augmente. Situation difficile aussi pour les demandeurs d’asile qui vivent dans de mauvaises conditions."

 

Pas de sanitaires dans les tentes – ils doivent se rendre à l’intérieur des bâtiments – confort rudimentaire, et puis il y a aussi le froid qui s’installe. "Nous avions déjà installé des tentes en 2015 mais c’était en été, précise Fabian Delobbe. Cette fois, c’est en novembre. Nous allons bien sûr installer des canons à chaleur mais on sait que ce système provoque des nuisances sonores, olfactives et parfois peut provoquer des nausées. Cette solution ne peut donc absolument pas durer."

A Jumet, comme dans les autres centre d’accueil, on espère que des cabines préfabriquées adaptées pourront rapidement prendre la place de ces tentes de fortune.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK