Centre commercial à Namur : les associations jettent l'éponge

Alors que devait démarrer la troisième réunion du comité de réflexion autour de l'avenir du square Léopold, quatre associations ont claqué la porte !
Alors que devait démarrer la troisième réunion du comité de réflexion autour de l'avenir du square Léopold, quatre associations ont claqué la porte ! - © Belga

Coup de théâtre dans le dossier du centre commercial à Namur ! Alors que devait démarrer la troisième réunion du comité de réflexion autour de l'avenir du square Léopold, quatre associations ont claqué la porte ! Elles estiment que ces concertations, ces "ateliers urbains", ne serviront à rien.

Les quatre associations espéraient partir d'une page blanche, pouvoir participer au remodelage du visage du centre-ville. Mais selon elles, les dés sont pipés.

Les associations estiment ne pas avoir accès à toute l'information nécessaire, constatent que la Ville veut clairement son centre commercial au square Léopold. Autre grief : le résultat des rencontres ne sera pas contraignant.

Les associations espéraient qu'il y avait une vraie volonté de faire "autre chose" ou d’écouter la population. A ce titre, ces ateliers auraient constitué une belle opportunité pour un projet co-construit. Mais là, "trop is te veel" ! Elles jettent l'éponge pour ne pas cautionner ce procédé.

Quelles sont ces associations ?

Elles sont représentatives. Il y a d'abord l'association des commerçants namurois, mais aussi le Forum citoyen Namur, l'asbl Namur 80 et le collectif "parc Léopold". Ce dernier se bat depuis le tout début pour la sauvegarde des arbres et du parc Léopold.

Rappelez-vous, les Namurois avaient dit "non" au projet de centre commercial lors d'une consultation populaire, il y a trois ans. Après ça, la Ville de Namur avait promis qu'elle impliquerait davantage les citoyens dans la réflexion. Elle avait engagé un médiateur et créé les ateliers urbains. Ceux-ci devaient mettre de l'huile dans les rouages, dans les relations entre les citoyens et la majorité politique. Mais ces rencontres ont finalement mis de l'huile sur le feu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK